Le philosophe André Glucksmann, "un homme d'engagement" est mort

(Le philosophe André Glucksmann, ici en 2011, est décédé à l’âge de 78 ans © MaxPPP)

Le décès de l'auteur du "Discours de la guerre" à l'âge de 78 ans a été annoncé par son fils ce mardi. "Mon premier et meilleur ami n'est plus", a écrit Raphaël Glucksmann sur Facebook.

Le philosophe André Glucksmann est mort. Son décès a été annoncé ce mardi par son fils Raphaël sur Facebook. Il avait publié son premier livre Le Discours de la guerre en 1968. Né en France, à Boulogne-Billancourt, en 1937, de parents juifs autrichiens, André Glucksmann était un philosophe engagé. Dans un communiqué, le président de la République a salué "la mémoire d'un homme qui portait en lui tous les drames du XXe siècle (...) toujours en éveil et à l'écoute des souffrances des peuples".

Le Premier ministre, Manuel Valls, a rendu hommage aux choix engagés du philosophe.

La ministre de la Culture, Fleur Pellerin, a évoqué la disparition d'un "militant internationaliste".

Après des études à Lyon, puis à l'Ecole normale supérieure, André Glucksmann était entré au Centre national de recherche scientifique (CNRS). Il s'est notamment penché sur les rouages de la guerre, en collaboration avec le philosophe et sociologue Raymond Aron.

A LIRE AUSSI ►►► André Glucksmann, l'homme bonheur

"Mon meilleur ami" écrit son fils

L'auteur et réalisateur, Raphaël Glucksmann, a rendu hommage à son père "un homme bon et génial". "Quand il était petit" , a expliqué son fils, "il aurait dû mourir puisqu'il était juif dans une famille ne parlant pas français dans la France occupée. Il a même été mis dans les trains et sa mère a réussi à l'en sortir."

"Il m'a dit que tout le reste, c'était du rab et que 70 ans de rab c'était une chance incroyable, à saisir pour en faire profiter d'autres qui avaient moins de chance que lui."

La réaction à la mort de son père de Raphaël Glucksmann sur France Inter
--'--
--'--
(Raphaël Glucksmann rend hommage à son père © capture d'écran facebook)

Transmission filiale

Le journaliste Georges-Marc Benamou a évoqué l'engagement d'André Glucksmann en le décrivant comme "un homme discret, le contraire d’un maître-penseur, un enfant insolent et un vieillard à la longue mémoire" . Un philosophe a-t-il rappelé qui a transmis "la mémoire du combat" à son fils, Raphaël.

"Le passage de relais à son fils est très émouvant" : Georges-Marc Benamou réagit à la mort du philosophe André Glucksmann
--'--
--'--

"Un homme d'engagement"

Pour le philosophe Michel Eltchaninoff, André Glucksmann "a symbolisé la fin de la domination marxiste sur la pensée française et il l’a fait en découvrant la dissidence soviétique".

"C’est un des premiers qui s’est indigné des exactions commises en Tchétchénie. C’est quelqu’un qui a une grande fidélité par rapport au choc de la découverte d’une pensée dissidente."

"C’était un homme d’engagement qui allait au bout de ses idées" : réaction du philosophe Michel Eltchaninoff à la mort d'André Glucksmann
--'--
--'--

L'hommage de Glucksmann à Vaclav Havel 

Le 19 décembre 2011, André Glucksmann, invité chez nos confrères de France Inter, avait réagi à l'annonce de la mort de Vaclav Havel, premier président de la Tchécoslovaquie post-communiste, avec ces mots : "Je suis triste et je suis triste pour très longtemps ".

 

 

A LIRE AUSSI ►►► Portrait : André Glucksmann, un philosophe engagé et libre