L'académicien et prix Goncourt 2005 François Weyergans est mort à l'âge de 77 ans

François Weyergans, lors de son entrée à l\'Académie française, le 16 juin 2011, à Paris. 
François Weyergans, lors de son entrée à l'Académie française, le 16 juin 2011, à Paris.  (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

L'écrivain franco-belge avait remporté le prix Renaudot en 1992 et le prix Goncourt en 2005. 

L'écrivain franco-belge François Weyergans, l'un des rares écrivains lauréats à la fois du prix Renaudot et du Goncourt, est mort lundi 27 mai à l'âge de 77 ans, annonce l'Académie française. 

"Le Secrétaire perpétuel et les membres de l'Académie française ont la tristesse de faire part de la disparition de leur confrère M. François Weyergans décédé le 27 mai 2019 à Paris", a indiqué l'Académie française dans un communiqué.

Des Cahiers du cinéma au Pitre

Fils de l'écrivain Franz Weyergans d'inspiration chrétienne, François Weyergans, passionné par les cinéastes Godard et Bresson, s'était tourné d'abord vers le cinéma. Né à Bruxelles le 2 août 1941, il avait gagné Paris pour y suivre les cours de l'IDHEC. Au début des années 60, il était devenu naturellement critique aux Cahiers du cinéma et avait réalisé un premier film sur Maurice Béjart. Son long-métrage Un film sur quelqu'un avait été sélectionn en 1972 à la Mostra de Venise.

Il s'était tourné ensuite vers l'écriture, avec succès. Paru en 1973, son premier roman Le Pitre, qui racontait de façon sarcastique sa psychanalyse auprès de Jacques Lacan, obtenait le prix Roger-Nimier. Ce livre débutait ainsi, non sans malice "J'ai toujours été maladroit avec les femmes, je veux dire : pas seulement au lit."

"Trois jours chez ma mère"

François Weyergans, qui racontait n'écrire que la nuit, avait enchaîné ensuite les romans, et les récompenses étaient allées crescendo : Macaire le Copte recevait le Prix des Deux Magots en 1981, Le Radeau de la méduse obtenait le prix Méridien en 1983, La Démence du boxeur râflait le Renaudot en 1992. Puis Trois jours chez ma mère lui valaient le prix Goncourt en 2005, au terme d'une âpre lutte avec La possibilité d'une île de Michel Houellebecq. Parmi ses oeuvres les plus connues on compte aussi La vie d'un bébé, dont le narrateur est un foetus dans le ventre de sa mère. Son dernier roman, Royal romance, remontait à 2012.

INA / YouTube

Auteur de onze romans, l'écrivain franco-belge facétieux et inclassable avait été élu le 26 mars 2009 à l'Académie française au fauteuil de Maurice Rheims. Sa réception sous la coupole le 16 juin 2011, soit 27 mois plus tard, avait été accueillie avec un certain humour en Belgique comme en France.

"Le Woody Allen de nos Lettres françaises"

"François Weyergans devenu Immortel ! Quel roman surprise ! Lui, l’oiseau de nuit qui ne peut travailler que lorsque les autres dorment, le grand névrosé obsessionnel, le joyeux luron et Don Juan, celui qu’on qualifie souvent de Woody Allen de nos Lettres françaises", écrivait La Libre Belgique.

Dans Le Monde, Nathalie Rheims écrivait de son côté "Quand on observe ce qui s’est produit avec Weyergans, c’est une blague. Cela a débuté avant son élection. A la place des traditionnelles visites aux académiciens, il a écrit, aidé par son ami l’animateur Jean-Luc Delarue, quarante lettres plus flagorneuses les unes que les autres. Après avoir été élu, je pense qu’il s’est retrouvé comme un gosse qui se dit : "mince, ça a marché, maintenant il faut y aller."

"Les critiques ne cessent de me traiter de clown. J'aime bien ça (...). Mais je suis un clown à message", déclarait-il en 1989 à la sortie d'un livre justement intitulé Je suis écrivain

Le ministre français de la Culture Franck Riester a salué un auteur à l'"écriture libre" qui "maniait les mots avec humour et finesse".

Vous êtes à nouveau en ligne