L'histoire d'Alpha Kaba, journaliste guinéen vendu comme esclave, dans un film et un livre

Le journaliste guinéen Alpha Kaba, réfugié politique en France, a été esclave des milices en Libye pendant plus de deux ans. Un enfer dont il témoigne dans un documentaire et un livre.
Le journaliste guinéen Alpha Kaba, réfugié politique en France, a été esclave des milices en Libye pendant plus de deux ans. Un enfer dont il témoigne dans un documentaire et un livre. (culturebox / capture d'écran)

De sa Guinée natale à sa nouvelle vie en France, en passant par l’enfer libyen, le journaliste Alpha Kaba est ce qu’on peut appeler un survivant. Obligé de fuir son pays, il a été capturé en Libye et réduit à l'esclavage pour la somme de 200 euros par les milices pendant plus de deux ans. Aujourd’hui il témoigne dans un documentaire et un livre. France 3 l’a rencontré à Bordeaux où il vit.

Il y a six ans, alors qu’il travaille comme journaliste sportif pour une radio jugée un peu trop critique envers le pouvoir, Alpha Kaba est contraint de s’enfuir pour éviter la prison. Il quitte son pays laissant derrière lui sa famille, destination l’Europe par la Libye. Mais arrivé dans ce pays en plein chaos, il est capturé par les milices puis revendu comme esclave. Travail forcé, privations et tortures, son calvaire va durer plus de deux ans.

Affranchi, il parvient à traverser la Méditerranée, puis la frontière franco-italienne pour atterrir à Bordeaux fin 2016. Il lui faudra un an pour obtenir le statut de réfugié politique. Marqué par ses années d’errance et de souffrance, Alpha Kaba, aujourd’hui âgé de 30 ans, tente de se reconstruire sur les bords de la Garonne, aidé par des militants associatifs et ses nouveaux amis de l’Institut de journalisme de Bordeaux où il étudie.

Reportage : G. Bernard / P. Lécuyer / B. Chague

Un documentaire et un livre


Aujourd’hui il a décidé de partager son histoire dans un film "Alpha, la voix de l'exil" réalisé par Elliot Raimbeau, l’un de ses amis de l’IJBA. Un documentaire mêlant narration et dessins dans lequel il raconte l’enfer libyen.

Il y a quelques jours il a également publié un livre, "Esclave des milices" co-écrit avec Clément Pouré, pour témoigner encore du sort réservé à des dizaines de milliers de femmes et d’hommes vendus comme du bétail.

En tant que journaliste, je ne peux pas me taire. C’est mon devoir de parler au nom de toutes ces personnes encore là-bas.Alpha Kaba  

 

Vous êtes à nouveau en ligne