J.K. Rowling publie en ligne "The Ickabog", un conte de fées pour les enfants confinés

L\'auteur britannique J.K. Rowling à New York, le 11 décembre 2019
L'auteur britannique J.K. Rowling à New York, le 11 décembre 2019 (TAYFUN COSKUN / ANADOLU AGENCY / VIA AFP)

J.K. Rowling avait commencé à écrire "The Ickabog" à l'époque de Harry Potter. Il dormait au grenier depuis dix ans. Elle le publie sur internet gratuitement pour les enfants confinés

Les deux premiers chapitres sont publiés en anglais. J.K. Rowling a annoncé la publication sur internet d'un conte de fées pour les enfants confinés. Les chapitres de The Ickabog, qui parle de "vérité et d'abus de pouvoir", seront mis en ligne un par un entre le mardi 26 mai et le 10 juillet, précise l'auteure de Harry Potter.

"L'idée de The Ickabog m'est venue alors que j'étais encore en train d'écrire Harry Potter (…) et j'avais prévu de le publier après Harry Potter et les reliques de la mort", raconte J.K. Rowling sur son site. Mais après Harry Potter, elle a eu envie de s'arrêter un moment. Quand elle a repris l'écriture, elle a voulu sortir un peu de la littérature enfantine.

Ainsi, le premier jet de l'ouvrage a dormi pendant dix ans dans son grenier et The Ickabog aurait pu rester une affaire privée, explique l'écrivaine à succès britannique : "Avec le temps, pour moi, l'histoire appartenait à mes deux derniers enfants. Je la leur avais lue le soir quand ils étaient petits et c'était un heureux souvenir de famille."

Des traductions en cours

Et puis, il y a quelques semaines, lui est venue l'idée d'aller chercher The Ickabog au grenier et de l'offrir (gratuitement) aux enfants en confinement. "Alors que je travaillais à finir le livre, je me suis mise à en lire de nouveau des chapitres à ma famille tous les soirs." Elle l'a terminé en interaction avec ses enfants, aujourd'hui adolescents.

"The Ickabog est une histoire qui parle de la vérité et de l'abus de pouvoir", indique J.K. Rowling, précisant qu'elle n'a rien à voir avec ce qui se passe aujourd'hui dans le monde. Elle est écrite pour être lue à haute voix mais les 7-9 ans peuvent parfaitement les lire tout seuls, selon l'auteure.

Elle a commencé par publier les deux premiers chapitres le 26 mai et en postera tous les jours de semaine jusqu'au 10 juillet sur le site "The Ickabog". Des traductions sont en cours.

Elle appelle les enfants à participer à un concours d'illustration pour la prochaine publication du livre, dont les droits seront reversés au bénéfice de "groupes qui ont été particulièrement affectés par la pandémie", promet-elle.

Vous êtes à nouveau en ligne