Exposition "La parole aux animaux" : la galerie Gallimard sort son bestiaire

Exposition Galerie Gallimard \"Parole aux animaux - Un bestiaire Gallimard Jeunesse\", avril 2019
Exposition Galerie Gallimard "Parole aux animaux - Un bestiaire Gallimard Jeunesse", avril 2019 (Laurence Houot / franceinfo Culture)

La Galerie Gallimard à Paris met à l'honneur les animaux avec une très jolie exposition présentant des illustrations originales d'auteurs contemporains de la littérature jeunesse. Quelques très belles et rares œuvres patrimoniales du fonds Gallimard sont aussi à découvrir à cette occasion. Le rôle de l'animal dans la littérature jeunesse a-t-il changé au fil du temps ?  Visite de l'exposition avec Alban Cerisier, archiviste et secrétaire général de Madrigall.

Première surprise de cette exposition, le tout premier ouvrage illustré publié par la NRF, en 1919, dont le graphisme n'a pas pris une ride. Il s'agit de "Macao et Cosmage", un magnifique album signé Edy Legrand. "C'est un livre qui fait date, un moment fondateur de l'histoire de la littérature jeunesse du XXe siècle", nous explique Alban Cerisier, archiviste et secrétaire général de Madrigall, et les animaux y occupent déjà une place centrale. 

De la morale à la rébellion

Ce livre raconte une histoire d'amour entre Macao, un homme blanc, et Cosmage, une femme noire, vivant heureux sur une île déserte, jusqu'au jour où débarque dans leur paradis la civilisation. "C'est un texte très virulent, qui cache derrière la fable une critique du colonialisme, presque un pamphlet politique. C'est une vision rousseauiste de la nature, où règne l'harmonie. Il y a un jeu de proportions qui fait apparaître les personnages tout petits et la nature gigantesque. Un album dans lequel les animaux ont la part belle", explique l'archiviste, ajoutant que ce livre a été fabriqué avec des codes quasi bibliographiques, c’est-à-dire une grande qualité de fabrication. "Mais le livre a été tiré à l'époque à 5000 exemplaires, ce qui est énorme. Il y avait une volonté déjà de toucher un large public".  

\"Macao et Cosmage\", Edy Legrand (NRF), exposé à la Galerie Gallimard, avril 2019
"Macao et Cosmage", Edy Legrand (NRF), exposé à la Galerie Gallimard, avril 2019 (Laurence Houot / franceinfo culture)

Dans ce coin de l'exposition réservé aux archives, on peut découvrir aussi les albums illustrés par Nathalie Parrain, une illustratrice qui a contribué dans les années trente à introduire dans la littérature jeunesse l'école russe, inspirée par le constructivisme. Les histoires des "Contes du Chat perché" de Marcel Aymé, y sont également exposées.

\"Les contes du Chat perché\" de Marcel Aymé (NRF), exposés à la galerie Gallimard, avril 2019
"Les contes du Chat perché" de Marcel Aymé (NRF), exposés à la galerie Gallimard, avril 2019 (Laurence Houot / franceinfo culture)

"Dans ces albums, l'animal n'est plus présenté comme dans les fables, à des fins d'éducation, ou de morale, mais de manière beaucoup plus libre, grinçante même parfois", souligne Alban Cerisier. "C'est une approche plus littéraire, avec l'introduction du merveilleux, dans laquelle les animaux tiennent des discours presque libertaires".   

"L'animal a une parole vraie"

Il faudra attendre 1972 pour que Gallimard crée un vrai département Jeunesse, C'est à cette époque qu'est lancée la collection 1000 Soleils autour de grands classiques de la littérature. "Le Lion", de Joseph Kessel est un des premiers titres à être publiés. "Il y a toujours eu chez Gallimard Jeunesse une tradition naturaliste, que l'on retrouve dans les différentes collections lancées pour la jeunesse, de Folio Junior, Cadet, en passant par Enfantimages ou la collection Découverte", souligne Alban Cerisier. Une tradition dans laquelle l'animal joue un rôle central.

Le rôle de l'animal dans les livres pour les enfants, expliqué par Alban Cerisier

"L'animal porte une parole vraie pour les enfants", explique Alban Cerisier, et "il permet aussi de dire des choses que les humains ne peuvent pas dire".  L'exposition présente également des illustrations originales de Benjamin Rabier, dont l'oeuvre fait une place centrale aux animaux. "C'est important de rattacher toute cette histoire à la littérature jeunesse d'aujourd'hui. De nombreux illustrateurs contemporains sont directement inspirés par ces pionniers", rappelle Alban Cerisier.

Galerie Gallimard, exposition Parole aux animaux - Un bestiaire Gallimard Jeunesse, avril 2019
Galerie Gallimard, exposition Parole aux animaux - Un bestiaire Gallimard Jeunesse, avril 2019 (Laurence Houot / franceinfo culture)

Dans le reste de l'exposition, des illustrations originales de 23 auteurs contemporains. Des chiens, des loups, des girafes, des baleines... Un vrai bestiaire plein de vie et de couleurs, dans lequel on peut retrouver les personnages familiers de la littérature jeunesse d'aujourd'hui. "Les petites bêtes" d'Anton Krings, comme des tableaux de maître, les animaux hilarants d'Olivier Tallec, une belle girafe de Laurent Moreau, la nature luxuriante et psychédélique de Vincent Pianina, les animaux attachants de Chloé Alméras, ou encore le magnifique "Lion" de Kessel illustré par François Roca… Toutes ces planches originales sont à vendre.

Exposition "Place aux animaux !"
Galerie Gallimard, 30/32 rue de L'Université, Paris 7e
Entrée gratuite

Vous êtes à nouveau en ligne