Un homme accuse l'ancien adjoint à la mairie de Paris Christophe Girard de l'avoir "contraint à des rapports sexuels" alors qu'il était mineur

Christophe Girard, alors adjoint à la Culture à la mairie de Paris, le 12 septembre 2019, en déplacement dans le 15e arrondissement.
Christophe Girard, alors adjoint à la Culture à la mairie de Paris, le 12 septembre 2019, en déplacement dans le 15e arrondissement. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS)

Dans les colonnes du "New York Times", cet homme aujourd'hui âgé d'une quarantaine d'années, affirme que l'ancien élu parisien l'a forcé à des rapports sexuels "une vingtaine de fois" depuis ses 16 ans. Des faits que nie l'intéressé.

Près d'un mois après avoir dû démissionner de son poste d'adjoint à la Culture de la mairie de Paris pour ses liens avec Gabriel Matzneff, voilà Christophe Girard sommé de répondre à de nouvelles accusations. Une enquête publiée par le New York Times (article payant), dimanche 16 août, affirme que l'ancien élu de la capitale a contraint un adolescent, Aniss Hmaïd, à avoir des rapports sexuels avec lui. Les faits se seraient déroulés dans les années 1990. Aniss Hmaïd est aujourd'hui âgé de 46 ans.

Cet homme d'origine tunisienne relate que, "quand il avait 16 ans", Christophe Gérard l'a "contraint à des rapports sexuels une vingtaine de fois au cours des années suivantes". L'homme politique employait alors Aniss Hmaïd comme domestique ou baby-sitter. "Une nuit, à Washington, écrit le journal, l'adolescent est réveillé par Christophe Girard en train de le masturber. Il a 16 ans et c’est sa première expérience sexuelle."

Girard nie en bloc et dénonce une "calomnie"

Le quadragénaire explique avoir été "dans une relation abusive de près de dix ans qui lui a laissé des blessures psychologiques durables". Avant d'ajouter : "Il a profité de ma jeunesse, de mon jeune âge et tout ça pour ses plaisirs sexuels." "Ça a détruit ma vie en fait. Aujourd’hui je me considère comme une terre brûlée."

Interrogé par nos confrères du New York Times, Christophe Girard nie avoir eu des rapports sexuels avec Aniss Hmaïd et qualifie les accusations de "calomnie". Il confirme toutefois l'avoir "souvent employé dans les années 1990, au point de le considérer comme 'un des enfants de la famille'". Dans un communiqué transmis à l'AFP, dimanche soir, l'avocate de Christophe Girard affirme qu'elle compte engager des poursuites pour "dénonciation calomnieuse".

Au début de l'été, juste après le second tour des municipales, des tensions étaient apparues au sein de la majorité municipale parisienne. Les élus écologistes, alliés de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, lui demandaient de suspendre de ses fonctions son adjoint à la Culture, Christophe Girard. Ce dernier avait été entendu en mars, en tant que témoin, dans l'enquête "pour viols sur mineur" qui vise l'écrivain Gabriel Matzneff. Il n'a néanmoins pas été mis en cause par la justice.

Vous êtes à nouveau en ligne