"Les chiens ne font pas des chats", expression préférée des Français

\"Les chiens ne font pas des chats\" est l\'expression préférée de 32% des Français, devant \"ne pas être sorti de l\'auberge\" (20%), selon un sondage commandé par \"Le Point\".
"Les chiens ne font pas des chats" est l'expression préférée de 32% des Français, devant "ne pas être sorti de l'auberge" (20%), selon un sondage commandé par "Le Point". (ONDER FELEK / ANADOLU AGENCY)

C'est le résultat d'un sondage commandé par "Le Point" pour un hors-série à paraître jeudi.

Quelle locution plaît le plus en France ? Si en Angleterre il pleut des chats et des chiens, "les chiens ne font pas des chats" est l'expression préférée de 32% des Français, devant "ne pas être sorti de l'auberge" (20%), selon un sondage commandé par Le Point pour un hors-série consacré aux formules dont raffole le public, en vente jeudi 13 mars. Ce numéro de 84 pages explique aussi les origines parfois surprenantes des 101 expressions les plus populaires, et comprend un dossier sur les expressions dictées par l'Histoire, comme "franchir le Rubicon" ou "c'est la bérézina".

Parmi les locutions préférées des Français, "se faire l'avocat du diable" et "donner de la confiture aux cochons" sont plébiscitées par 16% des sondés, suivies par "mentir comme un arracheur de dents" (14%), "jeter l'argent par les fenêtres" et "mettre du beurre dans les épinards" (13%). "Etre au four et au moulin", "avoir une faim de loup" et "avoir du pain sur la planche" arrivent ensuite ex æquo (12%).

"Courir le guilledou" au top de la désuétude

"Donner de la confiture aux cochons" est aussi considérée comme l'expression la plus drôle par 19% des personnes interrogées, devant "mentir comme un arracheur de dent" et "être le dindon de la farce"Enfin, "rire comme une baleine" est jugée l'expression la plus stupide par 26% des Français. Quand à "courir le guilledou", elle est considérée comme la plus désuète. Et celle qui faudrait remettre à la mode ? "Comme on fait son lit on se couche".

Sondage réalisé par Mediaprism du 23 au 29 janvier auprès d'un échantillon représentatif de 1 001 personnes.

Vous êtes à nouveau en ligne