Le Manneken Pis passé au rayon X pour prouver ses origines

Une copie du véritable Manneken Pis, à Bruxelles (Belgique), le 16 mars 2012.
Une copie du véritable Manneken Pis, à Bruxelles (Belgique), le 16 mars 2012. (AP / SIPA / AP)

La célèbre statuette, conservée au musée de la ville de Bruxelles, pourrait ne pas être le véritable Manneken Pis, dont l'histoire est faite de disparitions.

Le Manneken Pis va devoir se dévoiler encore un peu plus. Des chercheurs belges ont décidé de passer au rayon X la célèbre statuette, emblématique de la ville de Bruxelles (Belgique). L'objectif : déterminer si l'exemplaire conservé au Musée de la Ville de Bruxelles est bien l'original datant de 1619. Plusieurs exemplaires de cette fontaine, représentant un bambin haut comme trois pommes en train d'uriner, existent. Ainsi, celle que photographient des centaines de touristes par jour est une copie.

"En me penchant sur le Manneken Pis, je me suis rendue compte que l'histoire était très nébuleuse et qu'on ne sait pas en fait si c'est l'original qui est encore conservé ou pas", a expliqué Géraldine Patigny, doctorante à l'université libre de Bruxelles (ULB). "L'histoire est tellement tourmentée, et il y a des trous. Les sources qu'on a sont des publications dans des revues locales ou des ouvrages consacrés au folklore, mais il n'y a pas vraiment de traces d'archives", observe l'historienne.

A la recherche de nickel 

L'alliage du bronze pourrait permettre de dire s'il s'agit bien de la statue commandée par la ville au sculpteur Jérôme Du Quesnoy le Vieux en 1619. Le Manneken Pis - symbole de l'esprit frondeur des Bruxellois qui le déguisent lors de fêtes populaires - a subi un examen de spectrométrie de fluorescence au rayon X au printemps dernier.

"On regarde en particulier s'il y a du nickel", explique Amandine Crabbé, chercheuse du Service d'analyse de surface et d'électrochimie (SURF) de l'Université flamande de Bruxelles (VUB). "S'il est présent, c'est qu'il date plutôt du 19e siècle. S'il est absent, c'est plutôt une pièce d'origine, mais ce n'est jamais sûr à 100%".