Virus "DNS Changer" : la coupure internet n'a pas eu lieu

Les utilisateurs infectés par le DNS Changer peuvent se rendre sur le site dcwg.org pour trouver de l\'assistance.
Les utilisateurs infectés par le DNS Changer peuvent se rendre sur le site dcwg.org pour trouver de l'assistance. (KAREN BLEIER / AFP)

Pour contrer un virus, le FBI avait mis en place une solution temporaire, qui a pris fin lundi, au risque de couper du web des milliers d'internautes.

Le chaos informatique redouté a été évité. Le FBI a éteint lundi 9 juillet les serveurs temporaires qu'il avait mis en place pour éviter que des centaines de milliers d'internautes touchés par un virus, le "DNS Changer", ne soient privés d'internet. Les ordinateurs toujours infectés par le virus risquaient alors d'être coupés du web, mais il n'en est rien.

Beaucoup de fournisseurs d'accès avaient pris les devants en améliorant la sécurité de leurs systèmes et en contactant leurs clients pour leur permettre d'anticiper d'éventuels problèmes.

Encore 10 000 ordinateurs touchés en France

Le "DNS Changer", véhiculé sous forme d'arnaque publicitaire visant à rediriger les usagers de certains sites vers d'autres noms de domaine, aurait pu toucher 4 millions d'ordinateurs dans le monde, et 300 000 seraient toujours infectés, selon des experts. La majorité d'entre eux se trouve aux Etats-Unis, les autres se répartissent dans une dizaine de pays (Italie, Allemagne, Royaume-Uni, Canada, Inde, Australie, etc.). Environ 10 000 ordinateurs sont concernés en France.

Un groupe de travail a toutefois été monté pour surveiller le "DNS Changer" et expliquer aux utilisateurs comment résoudre les problèmes, via un site web