L'ancienne ministre de la Culture Audrey Azoulay est élue directrice générale de l'Unesco

Audrey Azoulay devant le siège de l\'Unesco, à Paris, le 13 octobre 2017.
Audrey Azoulay devant le siège de l'Unesco, à Paris, le 13 octobre 2017. (THOMAS SAMSON / AFP)

La Française a été choisie par le conseil exécutif avec une courte majorité, 30 voix contre 28, face au Qatari Hamad bin Abdoulaziz Al-Kawari.

L'ancienne ministre de la Culture Audrey Azoulay a été élue, vendredi 13 octobre, directrice générale de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) pour un mandat de quatre ans. La Française a été choisie par le conseil exécutif avec une courte majorité, 30 voix contre 28, face au Qatari Hamad bin Abdoulaziz Al-Kawari.

L'élection doit être validée par les Etats membres

Audrey Azoulay, qui est âgée de 45 ans, succède à la Bulgare Irina Bokova. Cette dernière avait été la première femme à diriger l'organisation onusienne, basée à Paris et surtout connue pour classer au patrimoine mondial les sites remarquables de la planète. Le choix du conseil exécutif doit toutefois encore être validé lors de la conférence générale des 195 Etats membres de l'Unesco, le 10 novembre prochain.

L'ancienne ministre de la Culture de François Hollande devra redonner de l'autorité à l'organisation, en proie aux luttes intestines. L'organisation est en outre affaiblie par le départ, jeudi 12 octobre, des Etats-Unis et d'Israël. "Cette décision n'a pas été prise à la légère, et reflète les inquiétudes des Etats-Unis concernant l'accumulation des arriérés à l'Unesco, la nécessité d'une réforme en profondeur de l'organisation et ses partis pris anti-israéliens persistants", a indiqué le département d'Etat américain dans un communiqué. Tel-Aviv a expliqué son choix en déclarant que "l'Unesco est devenue le théâtre de l'absurde où l'on déforme l'histoire au lieu de la préserver".

Vous êtes à nouveau en ligne