"Golgota Picnic" : les prières des catholiques n'ont pas empêché la représentation

(Nathanaël Charbonnier Radio France)

C'est dans un théâtre du Rond-Point en état de siège qu'a été présentée la première de la pièce de l'Argentin Rodrigo Garcia qui "insulte la personne du Christ en croix" selon le cardinal-archevêque de Paris André Vingt-Trois.

Environ 800 policiers ont interdit l'accès à quelques centaines de manifestants catholiques qui ont défilé en silence derrière une banderole "Culture et foi : et si on se respectait ? ". Pendant ce temps là près de 4000 fidèles étaient réunis pour une veillée de prières à Notre-Dame de Paris.

Dans l'autre camp, une soixantaine de personnes, brandissant des drapeaux de la CGT ou d'Alternative Libertaire, sont venues défendre la liberté d'expression. Le "délit de blasphème n'existe pas " a rappelé  Agnès Tricoire, de la Ligue des droits de l'Homme.

La représentation s'est déroulée sans incident, à l'extérieur comme à l'intérieur. En préalable une actrice avait  lu un texte exprimant sa "honte" de devoir jouer "sous protection des forces de sécurité" .

"Golgota Picnic" doit être joué jusqu'au 17 décembre.