887 : Robert Lepage au nom du père

(887 : Robert Lepage au nom du père © Erick Labbé)

Le festival d'automne a débuté à Paris et en région parisienne, c'est le plus long festival de France, il dure jusqu'à la fin de l'année et balaie toutes les disciplines de la scène. C'est le québécois Robert Lepage qui ouvre le bal, il est seul sur les planches du théâtre de la ville avec 8.8.7, un spectacle dans lequel il raconte de façon très intime sa vie.

Robert Lepage, 57 ans, a aussi bien monté du Shakespeare que ses propres créations, curieux de tout, il a travaillé avec le cirque du soleil à Las Vegas, mis en scène à New York,  la tétralogie de Wagner, réalisé des films. Et là, il est de nouveau acteur. 8.8.7 avenue Murray à Québec, c'est là où Robert Lepage a passé son enfance dans les années 60/70, années de tumulte politique au Québec.  Il le raconte le plus naturellement du monde en montrant cet immeuble, une miniature sur scène, où on voit à chaque fenêtre les familles qui viviaient là. Le fil conducteur de ce spectacle, c'est le père de Robert Lepage, un homme simple, taiseux, simple chauffeur de taxi, à qui il rend un hommage émouvant.

C'est l'époque de la montée du nationalisme francophone, contre la domination anglaise, il y'a eu bien sur le fameux "Vive le québec libre " du général de Gaulle, Robert Lepage restitue aussi le très beau texte "speak white", poème de Michèle Lalonde en 1968, "speak white", parlez blanc disaient les canadiens anglophones aux francophones.

Magicien de la scène

Robert Lepage est capable de machineries énormes comme avec le cirque du soleil, mais ce qu'il aime par-dessus tout c'est l'intime, comme cet immeuble miniature où sont projetées des images, le taxi de son père en tout petit, c'est un spectacle drôle, émouvant et plein d'humilité.

"8.8.7." de et avec Robert Lepage au théâtre de la ville à Paris, dans le cadre du festival d'automne, c'est jusqu'au 17 septembre.

11.09.2015 8.8.7 Robert Lepage au nom du père, un reportage de Thierry Fiorile
--'--
--'--