Sur l'île d'Oléron, le coq Maurice qu'on voulait empêcher de chanter, devient héros de BD

Corinne Fesseau et son coq Maurice
Corinne Fesseau et son coq Maurice (JULIEN FLEURY / FRANCE-BLEU LA ROCHELLE)

Le gallinacé avait été autorisé à chanter par la justice le 5 septembre dernier. La BD "Qui veut la peau de Moris le coq ?" revient sur son aventure judiciaire et médiatique.

A Saint-Pierre-d'Oléron, le coq Maurice est devenu une vraie star. Alors que des voisins voulaient le faire taire, la justice l'a autorisé à chanter après une véritable saga judiciaire. Son histoire a inspiré deux auteurs et un illustrateur qui lui consacrent une BD pour enfants : Qui veut la peau de Moris le coq ?

Clochemerle

C'est une de ces histoires que l'on a pris l'habitude de classer dans la catégorie "Clochemerle". Une de ces affaires de voisinnage qui font le régal des gazettes et qui se multiplient de plus en plus : depuis deux ans, un couple de vacanciers de Haute-Vienne, propriétaire d'une maison à Saint-Pierre-d'Oléron réclamait le départ du coq de ses voisins immédiats car le chant très fréquent de Maurice les dérangeait.

L'affaire est allée devant les tribunaux entraînant une mobilisation des défenseurs de Maurice devenu porte étendard de la ruralité mise à mal par les vacanciers. Corinne Fesseau, la propriétaire du désormais célèbre gallinacé a obtenu gain de cause. Le tribunal autorisant Maurice à continuer de chanter chez lui.

Maurice devient Moris, façon BD

Avec les deux auteurs Evelyne Néron-Morgat et Florian Horru, l'illustrateur Ludo s'est emparé de cette histoire et en a fait un livre pour enfants sous forme de BD, en modifiant au passage le nom de l'animal, devenu Moris. 

J'ai voulu faire un coq rondouillard, jovial qui aime la vie quoi ! Il fallait surtout pas faire un coq triste. Le vrai coq a déjà attiré la sympathie de tous, il faut que le mien soit dans la même lignée.Ludoillustrateur

Les auteurs oléronais, habitués des romans pour adultes, ont pris le parti d'en faire un livre pour la jeunesse avec ses cointraintes spécifiques : "il faut faire attention, il faut tourner les choses plus simplement. C'est ça la difficulté," explique Florian Horru.

La couverture de \"Qui veut la peau de Moris le coq ? \"
La couverture de "Qui veut la peau de Moris le coq ? " (Editions Terres de l'Ouest)

Imprimé à quatre mille exemplaires, Qui veut la peau de Moris le coq ? aux éditions Terres de l'Ouest est disponible sur l'île d'Oléron et sur internet mais les vocalises matinales de Maurice ont eu un tel écho que le livre pourrait se retrouver très vite dans toutes les bonnes librairies.

Vous êtes à nouveau en ligne