Des explorations polaires de Charcot aux chercheurs d'aujourd'hui : cap sur la biodiversité au Muséum du Havre

De l’Antarctique à Madagascar... explorateurs d’hier et d\'aujourd\'hui ; deux expositions au Museum d\'histoire naturelle du Havre
De l’Antarctique à Madagascar... explorateurs d’hier et d'aujourd'hui ; deux expositions au Museum d'histoire naturelle du Havre (France 3 Normandie / INA)

Les deux nouvelles expositions du musée normand mettent en lumière jusqu'au 3 janvier 2021 la façon dont l'environnement a profondément marqué les premières expéditions polaires de l'explorateur du XXe siècle. 

Le Muséum d'histoire naturelle du Havre revient, en images et grâce à des documents d'archives inédits, sur l'aventure Charcot. Un regard précurseur au coeur de la biodiversité qui a inspiré de nombreux chercheurs. En tout, deux expositions très documentées mettent en lumière cette aventure d'hier à aujourd'hui. 

L'aventure Charcot, du Havre à l'Antarctique

Considéré comme le père fondateur des expéditions polaires françaises, Jean-Baptiste Charcot (1867-1936) a effectué deux expéditions essentielles en Antarctique. Toutes deux sont parties du Havre, celle du Français en 1903 et celle du Pourquoi-Pas ? en 1908. Le résultat de ces deux missions de dimension internationale est considérable : 4 000 kilomètres de côtes nouvelles relevés, des cartes marines dressées et une immense moisson d’observations et relevés océanographiques, météorologiques, géologiques, ainsi que des collections zoologiques et botaniques.

Loin de tout intérêt de conquête, ce qui animait l'explorateur était avant tout la recherche expérimentale de ces terres lointaines. "Charcot avait compris qu'il y avait un intérêt scientifique à découvrir ces terrains du pôle sud", précise Agnès Voltz, commissaire de l'exposition. A travers un parcours didactique, le musée havrais présente une importante collection de photos et d'autres documents comme des plans originaux de navires, des carnets de dessins, des cartes.

Carte des environs de la station d’hivernage du Pourquoi-Pas ? extraite du fascicule cartes du rapport publié en 1912 sur la Deuxième expédition antarctique française (1908-1910) commandée par le Docteur Jean Charcot.
Carte des environs de la station d’hivernage du Pourquoi-Pas ? extraite du fascicule cartes du rapport publié en 1912 sur la Deuxième expédition antarctique française (1908-1910) commandée par le Docteur Jean Charcot. (idier Pazery / Bibliothèque de Météo-France)

Cette exposition permet au curieux d'imaginer la vie quotidienne des marins de l'époque, la vie à bord des deux embarcations, le Français et le Pourquoi pas ? dont une immense maquette ouvre le parcours.

Peinture du  Pourquoi pas ? 
Peinture du  Pourquoi pas ?  (France 3 Normandie)

Cap sur la biodiversité en 2020

Jean-Baptiste Charcot meurt en mer le 16 septembre 1936. Mais il laisse derrière lui un héritage certain pour l'intérêt de l'exploration. Barbara Réthoré et Julien Chapuis sont biologistes-explorateurs, ils ont eux aussi leur place dans le musée. L’exposition immersive part sur leurs traces lors de trois expéditions : les premières en Amérique centrale, la dernière en date à Madagascar. Le visiteur embarque aux côtés de ces aventuriers "ordinaires" au cœur d’une histoire scientifique et humaine hors du commun. 

L'objectif du duo est clairement défini autour la transmission. "Après avoir participé à la découverte on souhaite la partager avec le plus grand nombre, c'est quelque chose qui était présent à l'époque de Charcot et qui est encore plus présent aujourd'hui car on a besoin de parler de cette biodiversité qui s'étiole du fait des activités humaines", constate le biologiste Julien Chapuis. 

Tout comme à l'époque de Charcot, les résultats de ces missions ont permis de mettre en avant des thématiques complémentaires : la découverte d’une biodiversité riche et aujourd’hui menacée, les coulisses de la recherche scientifique de terrain et les actions concrètes menées par les acteurs locaux. 

L’aventure Charcot, du Havre à l’Antarctique et Cap sur la Biodivesité jusqu'au 3 janvier 2021 au Museum d'histoire naturelle du Havre

Vous êtes à nouveau en ligne