EN IMAGES. Retour sur la carrière de Zaha Hadid, star de l'architecture

La seule femme à avoir obtenu le prix Pritzker, l'équivalent du Nobel pour les architectes, est morte jeudi 31 mars à Miami.

Une légende disparaît. Figure phare de l'architecture contemporaine, l'anglo-irakienne Zaha Hadid est morte jeudi 31 mars à Miami (Etats-Unis), victime d'une crise cardiaque. Agée de 65 ans, elle avait été hospitalisée pour une bronchite.

L'architecture perd l'une de ses stars mondiales et la seule femme ayant décroché le prix Pritzker, l'équivalent du prix Nobel pour les architectes. Retour en images sur une carrière flamboyante émaillée de quelques polémiques.

113
Zaha Hadid pose à Rome (Italie), le 13 novembre 2009, dans le musée d'art contemporain MAXXI, conçu par ses soins.Née en Irak le 31 octobre 1950, à 10 ans, la fillette est envoyée en Suisse avec ses deux frères, relate Le Monde. Elle étudie ensuite les mathématiques à l'université américaine de Beyrouth (Liban). MAX ROSSI / REUTERS
213
C'est à Londres (Royaume-Uni), dont elle a dessiné la piscine pour les Jeux olympiques de 2012, qu'elle suit les cours de l'Architectural Association. Elle sort diplômée de cette prestigieuse école d'architecture en 1977 et crée son propre cabinet, Zaha Hadid Architects, dès 1979. L'agence emploie aujourd'hui 250 architectes. TOBY MELVILLE / REUTERS
313
Cette façade en zigzag du Musée des transports de Glasgow (Royaume-Uni) donne un exemple d'architecture "déconstructiviste" à la Zaha Hadid, avec une liberté totale des formes qu'autorisent les matériaux modernes. Ici, précise Wikipedia, "les façades et les toits du bâtiment sont entièrement habillés de 200 tonnes de zinc-titane". GIUGLIO GIL / HEMIS.FR
413
Paradoxalement, Paris a largement ignoré la fantaisie de l'architecte, que Strasbourg a été une des premières villes françaises à reconnaître. Zaha Hadid a signé en 2001 ce terminus de la ligne de tramway de Hœnheim, tout en piliers obliques. En 2003, l'ouvrage a reçu le prix de l'Union européenne pour l'architecture contemporaine Mies van der Rohe. STAFF / EFE FILES / AFP
513
Autre ville française à s'enorgueillir d'un bâtiment signé Hadid : Marseille. La troisième compagnie maritime mondiale CMA-CGM s'est offert ce luxe pour son nouveau siège, haut de 147 mètres, avec vue plongeante sur la Méditerranée. Réservé sur l'esthétique, le journaliste du Monde Frédéric Edelmann salue les prouesses techniques : "Un système sophistiqué de double peau limite le recours à l'air conditionné qui peut rendre ce type d'immeuble ruineux sous les soleils intenses."
MOIRENC CAMILLE / HEMIS.FR / AFP
613
A Montpellier, le bâtiment pierresvives, inauguré à l'automne 2012, est un "paquebot" qui conjugue médiathèque, archives départementales et Office départemental des sports. Ce bijou a tout de même coûté 125 millions d'euros au Conseil général, très loin du budget initial, rapporte Le Courrier de l'Architecte. YANN GUICHAOUA / ONLY FRANCE / AFP
713
Ces œuvres françaises font souvent figure de maquettes comparées aux gigantesques chantiers décrochés en Asie. A Pékin, l'ensemble Soho, au bord de l'autoroute, sert de balise aux touristes et voyageurs qui rejoignent l'aéroport. La notoriété de Zaha Hadid (et ses honoraires) ont explosé après le prix Pritzker obtenu en 2004. HU QINGMING / IMAGINECHINA /AFP
813
A Shanghai (Chine), ce gigantesque complexe comprend douze immeubles, dont quatre s'inspirent de la forme aérodynamique des TGV. Ils sont reliés par 16 ponts aériens en un jeu de courbes idéal pour un film de science-fiction. YU SHENLI / IMAGINECHINA / AFP
913
Autre œuvre prestigieuse, l'opéra de Canton (Chine), surnommé la "coquille d'œuf" par les Cantonais. Inauguré en 2010, au bord de la rivière des Perles, l'édifice fait penser à un vaisseau spatial. HE JIAJIE / IMAGINECHINA
1013
A Moscou (Russie), depuis 2015, la tour Dominion (du nom de l'entreprise qui a commandé cet immeuble de bureaux) s'élève sur sept étages. Et s'inspire, d'après The Moscow Times, de l'avant-garde russe des années 1920. La même comparaison revient d'ailleurs sous la plume du critique du Monde Frédéric Edelmann, qui voit en Zaha Hadid une "petite fille énervée des suprématistes russes". RAMIL SITDIKOV / RIA NOVOSTI / AFP
1113
A Séoul (Corée du Sud), elle a signé le Dongdaemun Design Plaza, un gigantesque complexe multifonctions érigé au cœur du quartier le plus branché et le plus touristique de la capitale sud-coréenne, dont on voit ici une porte sculptée. BELLA-ANA / ONLY WORLD / AFP
1213
Si l'œuvre compte de nombreux admirateurs, l'architecte avait aussi ses détracteurs. En 2014, le prix Design de l'année du London Design Museum attribué à ce centre culturel de Bakou, dans un Azerbaïdjan peu démocratique, provoque un tollé. "Human Rights Watch [avait] dénoncé (…) une violente campagne d'évictions forcées des habitants locaux", souligne Le Parisien. Zaha Hadid a eu aussi maille à partir avec les ONG défendant les droits de l'homme, pour "des propos qu’elle aurait tenus sur les ouvriers morts sur les chantiers lancés pour la Coupe du monde de foot 2022 au Qatar", rappelle Le Monde. GARCIA JULIEN / HEMIS.FR / AFP
1313
Voici le projet de stade olympique dessiné par l'agence de Zaha Hadid pour les JO de Tokyo (Japon) en 2020. Jugé trop cher, il a finalement été abandonné en 2015. La fin des projets trop flamboyants ? JAPAN SPORT COUNCIL / AFP
Vous êtes à nouveau en ligne