Les steacks hachés servis dans les cantines d'écoles sont trop gras

Usine de transformation de viande.
Usine de transformation de viande. (FABIEN DUBESSAY/MAXPPP)

Le gouvernement a engagé des poursuites au pénal contre des fournisseurs accusés de ne pas respecter intentionnellement les normes de qualité de la viande.

Classique de la cantine, le steack haché n'est pas toujours au rendez-vous. Frédéric Lefebvre, secrétaire d'Etat chargé du Commerce, explique à Europe 1, vendredi 21 octobre, que dans 33 écoles et hôpitaux visités par les autorités, un tiers des steacks étaient trop gras, ce qui augmente les risques d'obésité et de maladies cardio-vasculaires. Et deux tiers comportaient trop de nerfs et de tendons. 

Alors, le gouvernement entend sévir : quatre procédures ont été engagées au pénal, "parce qu'il y a des fournisseurs qui, intentionnellement et parfois de manière répétée, n'ont pas respecté les cahiers des charges", dénonce Frédéric Lefebvre. Ils pourraient écoper d'amendes allant jusqu'à 450 euros par produit mis en cause.

Vous êtes à nouveau en ligne