Le lobby des viticulteurs s'impose à l'Assemblée nationale

FRANCE 3

Les députés ont refusé de supprimer un amendement qui modifie la loi Evin. Le gouvernement avait pourtant demandé à sa majorité de ne pas retenir cette proposition.

Le lobby des viticulteurs a donc gagné dans la nuit du 10 au 11 juin à l'Assemblée nationale. Les députés ont en effet refusé de supprimer un amendement qui modifie la loi Evin. Cet amendement assouplit les règles de la publicité sur l'alcool.
Gilles Savary, député socialiste de Bordeaux défend le droit des terroirs a vanté les mérites de leurs vins. "Nous avons précisé la loi de façon à la sécuriser. On a précisé ce qu'était la publicité directe et ce qui était la publicité indirecte. Quand on dit visiter les caves de Cognac ou visiter les caves de Champagne, certes il y a le mot Cognac ou le mot Champagne, mais ce n'est pas un acte de publicité directe", explique Gilles Savary. 

"Un coup dur"

Autre région viticole et même son de cloche. Laurent Grandguillaume est député socialiste de Bourgogne. Il n'hésite pas à mettre en avant ses origines géographiques pour justifier l'amendement. "Moi qui suis parlementaire en Bourgogne et bien dans notre région, nous avons à la fois la filière viticole, mais aussi d'autres activités autour qui fonctionnent et ont besoin d'être développées et qui ne sont pas forcément incitatives à une consommation dangereuse de l'alcool", a commenté Laurent Grandguillaume. Cet amendement qui assouplit la loi Evin sera à nouveau examiné en séance publique à l'Assemblée nationale la semaine prochaine.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne