L'été du 19/20 : route gourmande sur la Nationale 7

Sur la Nationale 7, de Paris à Menton, plutôt que des sandwichs sur une aire de repos, la route bleue propose de nombreuses adresses gourmandes. Des restaurants étoilés offrent un large panorama de la gastronomie française.

Du nord au sud, de la cuisine au beurre à l'huile d'olive de Provence, la Nationale 7 traverse nos plus beaux terroirs. Au bord de la chaussée, c'est une enfilade de restaurants souvent d'un autre âge. Mais il en reste encore qui font vivre la tradition. Au fil de ces étapes gourmandes, la N7 représente un morceau de l'histoire gastronomique française, du 3 étoiles Michelin au relais routier. L'histoire de la route bleue est intimement liée à celle du guide rouge. La première édition sort en 1900, à l'époque des premières automobiles. C'est naturellement à mi-parcours entre Paris et la mer que les bonnes enseignes sont apparues dès les années 30. Trois Gros aux étoiles Michelin en fait partie. Aujourd'hui l'arrière-petit-fils des fondateurs s'efforce de continuer à proposer une cuisine qui vaut le détour. Et la promesse est tenue car cela fait 80 ans que le parking du restaurant se remplit à l'heure du déjeuner.

Du fait maison à La Tête Noire

230 km plus loin, à l'entrée de Montélimar, le relais de La Tête Noire est aussi une institution de la N7. On y prend le café ou l'apéro au plus près des camions, avec derrière le bar, une ancienne conductrice de poids lourd. Pour Sylvie Lemeur, "c'est royal". Le relais est ouvert samedi et dimanche avec la douche à 1€ pour les chauffeurs. Côté assiette, pas de chichis : buffet d'entrées et de desserts. Pour le plat du jour, c'est du frais et du fait maison. Et il n'y a pas que les restaurants. Sur la N7 il faut ouvrir les yeux et bien observer les bas côtés pour profiter des spécialités locales. Des plaisirs simples au bon goût de vacances.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne