Joël Robuchon répond aux accusations de harcèlement

Le chef français Joël Robuchon pose dans la cuisine de La Grande Maison, son établissement bordelais, le 6 décembre 2014.
Le chef français Joël Robuchon pose dans la cuisine de La Grande Maison, son établissement bordelais, le 6 décembre 2014. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Le chef étoilé réagit à notre enquête sur les conditions de travail dans son nouvel établissement bordelais. 

Joël Robuchon sort de son silence après notre enquête sur les conditions de travail dans son établissement bordelais, La Grande Maison. Dans un communiqué que s'est procuré Le Point, lundi 9 février, le chef multiétoilé évoque des "allégations mensongères" et des accusations "diffamatoires" après la publication de témoignages faisant état d'insultes et de harcèlement de la part de Tomonori Danzaki, qui gère le nouvel établissement. Il annonce son intention de porter plainte pour diffamation. 

Le chef juge ces informations "peu crédibles" et "aux antipodes" de sa philosophie, et dément les affirmations de Franck Yoke, l'ancien employé de La Grande Maison qui a porté plainte pour "harcèlement". Le célèbre cuisinier précise n'avoir jamais rencontré l'auteur de la plainte, resté seulement deux jours au restaurant, les 1er et 2 janvier 2015.

Enfin, Joël Robuchon dit regretter que personne n'ait "tenté de recueillir son point de vue à l'occasion de cette enquête qui (...) porte très gravement et injustement atteinte à sa réputation". Contrairement à ce qu'il affirme, francetv info a évidemment cherché à le joindre et ce, à plusieurs reprises. Joël Robuchon n'a jamais donné suite à nos sollicitations.

Vous êtes à nouveau en ligne