Consommation : la pause déjeuner, un vrai business

FRANCE 2

Sandwich, salade ou plat chaud ont désormais la cote pour la pause déjeuner, et les industriels se livrent une bataille sans merci pour conquérir ce nouveau marché.

Un repas sein, des produits frais, manger vite et bien. À l'heure du déjeuner, les enseignes se battent aussi sur le terrain du prix. Le secteur est ultra concurrentiel et la grande distribution se met aussi aux fourneaux avec la possibilité de consommer sur place. Dans la bataille, le dernier arrivé est un géant espagnol, "Nostrum". À Paris, l'enseigne a ouvert il y a à peine trois semaines. Les recettes sont simples et les prix entre un et quatre euros. La promesse : des produits frais sans additif ni conservateur, et des portions pour tous les estomacs. L'enseigne propose des cartes de fidélité avec à chaque passage en caisse une réduction.

Les clés de la compétitivité

Pour proposer des prix aussi bas, l'enseigne fait préparer ses plats dans une usine, à une heure de Barcelone (Espagne). Ici sont alimentés les 135 points de vente de la marque en Europe. 24 tonnes de produits frais sont livrées tous les jours. Et la clé pour être compétitif, c'est de produire beaucoup. Ici : 60 000 plats par jour. La main d'oeuvre est espagnole et la production dosée au gramme près. Les pertes et les coûts sont réduits au maximum. En quelques années, le nombre de points de vente en restauration rapide a été multiplié par trois. Il en faut pour toutes les bourses. En moyenne les Français dépensent dix euros par pause déjeuner.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne