VIDEO. Raymond Depardon, le témoin d'une France plus anonyme

Le photographe et cinéaste, dont le nouveau documentaire "12 jours" sort mercredi 29 novembre au cinéma, a pris l'habitude de montrer une France qu'on voit peu.

Les agriculteurs, les tribunaux ou les asiles psychatriques... Raymond Depardon est habitué à montrer ou à donner la parole aux Français. Dans son dernier documentaire, 12 jours, présenté lors du dernier festival de Cannes, et qui sort mercredi 29 novembre dans les salles, il s'intéresse aux personnes placées en hôpital psychiatrique sans leur consentement. Il filme encore les visages d'une France oubliée, peu médiatisée, confirmant son goût pour les anonymes.

Le goût des autres France

Déjà avec son dyptique sur le monde agricole, Profils paysans, chapitre 1 : l'approche (sorti en 2001) et Profils paysans, chapitre 2 : le quotidien (2005), ou encore dans La Vie moderne (2008), le cinéaste donnait la parole aux ruraux. Dans Les Habitants, son précédent documentaire, sorti en 2016, il montrait une France du quotidien, cosmopolite, en faisant parler les gens dans sa caravane avec laquelle il avait sillonné l'Hexagone. Dans 12 jours, il fait "un portrait de la France actuelle d'une incroyable réalité", déclare-t-il sur Europe 1. Il poursuit sa volonté de radiographie du pays.

Vous êtes à nouveau en ligne