"Roubaix, une lumière", la banalité du crime selon Arnaud Desplechin

FRANCE 2

"Roubaix, une lumière", film signé Arnaud Desplechin, sortira au cinéma mercredi 21 août. Un polar inspiré d'un fait-divers.

Une fiction inspirée d'un fait-divers. À Roubaix, une vieille dame est assassinée sauvagement pour un maigre butin. L'enquête s'oriente rapidement vers deux jeunes voisines marginales et toxicomanes, interprétées par Léa Seydoux et Sara Forestier. En toile de fond, une ville sinistrée par le chômage et la délinquance où est né Arnaud Desplechin, le réalisateur de Roubaix, une lumière. Il a choisi de revenir à sa manière sur un fait-divers marquant de 2002.

Roschdy Zem en commissaire

Pour les besoins du film, Roschdy Zem a suivi de vrais policiers de Roubaix. "Ils sont aux premières loges du sordide, morbide même parfois. J'ai été frappé par leur indulgence, parce que la question qui se pose toujours (...) : que s'est-il passé dans la tête de ses gens pour basculer à tel point dans l'horreur ?", interroge le comédien. Arnaud Desplechin livre donc un film policier différent, sans renvoyer victimes ou coupables dos à dos, mais en faisant la lumière sur la banalité du crime.

Roubaix, une lumière d'Arnaud Desplechin, avec Léa Seydoux, Sara Forestier et Roschdy Zem, sort au cinéma mercredi 21 août.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne