"Le Château de Cagliostro" : le premier joyau animé inédit du maître Miyazaki

\"Le Château de Cagliostro\" de Hayao Miyazaki
"Le Château de Cagliostro" de Hayao Miyazaki (Monkey Punch All Rights Reserved © TMS All Rights Reserved )

Le premier long métrage d’animation du génie Hayao Miyazaki ("Le Voyage de Chihiro") datant de 1979, sort seulement en France le 23 janvier. "Le Château de Cagliostro" révèle la fascination du réalisateur pour la culture occidentale, son héros, voleur invétéré, se nommant Lupin (comme le personnage de Maurice Leblanc), alors que l’action se déroule dans un pays imaginaire européen. Une révélation.

Thriller romantique

La sortie du "Château de Cagliostro" suit de 15 jours celle du formidable documentaire sur Hayao Miyazaki, "Never Ending Man : Hayao Miyazaki". Une concordance des temps, où se rencontrent les derniers travaux du maître de l’animation japonaise et sa première réalisation prometteuse. Un film où on ne l’attendait pas, s’agissant d’un thriller teinté de romantisme, même si une ambiance de conte demeure.
Lupin et son acolyte Jigen s’aperçoivent après le braquage d’un grand casino de la côte méditerranéenne que leur butin est composé de faux billets. Sachant qu’un vaste trafic d’argent falsifié est basé dans la principauté voisine de Cagliostro, ils se rendent dans le château du maître des lieux, à l’origine de ces malfaçons. Ils y découvrent qu’une jeune princesse est détenue prisonnière sous l’emprise de Cagliostro qui veut l'épouser pour s’accaparer un fabuleux trésor dont elle à la clé.

Ambiance gothique

Si la perfection des plus belles réalisations de Miyazaki est encore embryonnaire dans "Le Château de Cagliostro", le film reflète toute la fantaisie et le génie de son réalisateur. Son personnage de Lupin, avatar du célèbre Arsène Lupin de Maurice Leblanc, est inattendu dans un film d’animation principalement destiné au jeune public, mais que les plus âgés apprécieront aussi. Une ambiance gothique habite ce "Château de Cagliostro", dont le nom provient d’un célèbre occultiste, aventurier et escroc italien du XVIIIe siècle, Joseph Balsamo, comte de Cagliostro. La fabuleuse bâtisse s’inspire du château de Neuschwanstein de Louis II de Bavière qui inspira également le château de "La Belle aux Bois Dormants" de Walt Disney, devenu le logo du célèbre studio et qu’admire Miyazaki.
\"Le Château de Cagliostro\" de Hayao Miyazaki
"Le Château de Cagliostro" de Hayao Miyazaki (Monkey Punch All Rights Reserved © TMS All Rights Reserved )
A la tête d’une organisation criminelle aux résonnances occultes, Cagliostro et ses sbires renvoient également à une tradition du roman noir (Anne Radcliffe) et populaire dont se sont emparés Louis Feuillade dans "Les Vampires" (1915), puis Georges Franju ("Judex") ou Pierre Prévert dans "Les Compagnons de Baal" (1968). Bénéficiant du génie visuel propre à Miyazaki, mené à un train d’enfer avec humour avec une romance héroïque dans les règles de l’art, "Le Château de Cagliostro" ne décevra pas les amateurs du maître nippon. Il clôt enfin une filmographie jusqu’ici incomplète en France.
\"Le Château de Cagliostro\" : l\'affiche
"Le Château de Cagliostro" : l'affiche ( Splendor Films )

LA FICHE

Film d'animation  de Hayao Miyazaki
Pays : Japon 
Durée : 1h40
Sortie : 23 janvier 2019

Synopsis :Le célèbre Lupin dévalise un casino mais s’aperçoit que les billets volés sont des faux. En compagnie de son acolyte Jigen, Lupin enquête sur cette fausse monnaie qui le conduit au château de Cagliostro. Ils apprennent alors qu’une princesse, enfermée dans le château, détiendrait la clé d’un fabuleux trésor... 

Vous êtes à nouveau en ligne