"L'Angle mort" : Isabelle Carré amoureuse d'un homme invisible dans un film fantastique raffiné

Isabelle Carré dans \"L\'Angle mort\" de Patrick-Mario Bernard, Pierre Trividic
Isabelle Carré dans "L'Angle mort" de Patrick-Mario Bernard, Pierre Trividic (Copyright Doc and Film International)

Isabelle Carré est amoureuse d’un homme invisible malgré lui dans "L'Angle mort" de Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic.

Sixième film signé pour le cinéma ou la télévision par le duo Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic (Dancing, L’Autre), L'Angle mort voit Isabelle Carré amoureuse d’un homme qui peut devenir invisible à volonté, ou de façon imprévisible. Un film qui fait renouer le cinéma français avec un fantastique feutré et poétique, sur les écrans mercredi 16 octobre.

Fantastique en demi-teinte

Depuis le berceau, Dominique (Jean-Christophe Folly) peut disparaître sporadiquement et réapparaître tout autant inopinément, à la stupéfaction de ses parents. Adulte, il est toujours assujetti à ce pouvoir qu’il domine parfois, mais toujours difficile à maîtriser dans la vie courante, au travail ou dans une relation amoureuse. Ainsi Viveka (Isabelle Carré) vit mal ces disparitions inexpliquées, dont Dominique lui cache la raison. Sa rencontre avec Etham (Golshifteh Farahan) est plus facile à vivre puisqu’elle est… aveugle.

Rouge Distribution

Un mois après la sortie du beau film de Stéphane Batut, Vif argent (Prix Jean Vigo 2019), sur un fantôme amoureux, L'Angle mort, parle aussi d’un amour contrarié suite à un phénomène surnaturel. Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic sont partis d’une idée soumise par l’auteur et scénariste Emmanuel Carrère, dont l’univers flirte avec un fantastique en demi-teinte. Une veine que le cinéma français a visitée par le passé dans des films tels que La Charrette fantôme, La Beauté du diable ou La main du diable.

Jouer avec les images

Ce fantastique rattaché aux mythes traditionnels (le diable, la mort, la magie …) est davantage aujourd’hui ancré dans une réalité contemporaine, privilégiant des thèmes socio-culturels au détriment de la seule fantaisie. Si une poésie leur est commune, les intentions sont aujourd’hui plus psychologiques que philosophiques. L’invisibilité de Dominique dans L’Angle mort stigmatise la discrétion, l’effacement de sa personnalité, mais aussi son insignifiance dans une société qui l'ignore. Il s’en arrange et l’accepte, contrairement à Richard (Sami Ameziane) touché par le même "handicap", mais qui le vit avec plus de tourment.

Jean-Christophe Folly dans \"L\'Agle mort\" de Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic
Jean-Christophe Folly dans "L'Agle mort" de Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic (Copyright Doc and Film International)

Ce jeu entre voyant et non voyant, vu et non vu, évoque un jeu de mots mais ici  avec des images. La cinématographie du film n'en est que plus forte, car avant tout visuelle. Un joli film, modeste et ludique.

L\'affiche de \"L\'Angle mort\" de Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic.
L'affiche de "L'Angle mort" de Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic. (Rouge Distribution)

La Fiche

Genre : Drame fantastique
Réalisateur : Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic
Acteurs :Jean-Christophe Folly, Isabelle Carré, Golshifteh Farahani, Sami Ameziane

Pays : France
Durée : 1h44
Sortie : 16 octobre 2019
Distributeur : Rouge Distribution

Synopsis
 Dominick Brassan a le pouvoir de se rendre invisible. Il ne s’en sert pas beaucoup. À quoi bon, d’ailleurs ? Il a fait de son pouvoir un secret vaguement honteux, qu’il dissimule même à sa fiancée, Viveka. Et puis vient un jour où le pouvoir se détraque et échappe à son contrôle en bouleversant sa vie, ses amitiés et ses amours.

Vous êtes à nouveau en ligne