"Eva en août" : un été pour se découvrir dans les rues bouillonnantes de Madrid

Itsaso Arana joue Eva, une jeune femme de 33 ans en quête de soi, dans Eva en août. 
Itsaso Arana joue Eva, une jeune femme de 33 ans en quête de soi, dans Eva en août.  (Arizona Distribution)

Un film délicat qui suit une jeune femme pendant son errance dans les rues de Madrid. Entre quête de soi et rencontres inattendues.  

Que faire à Madrid en plein mois d’août alors que les habitants fuient la chaleur étouffante de la ville ? Pour Eva, la réponse est simple : l’été est la période idéale pour se découvrir. Les attentes de la société baissent et vivre sans se soucier des jugements extérieurs devient plus simple. Dans Eva en août, le réalisateur espagnol Jonás Trueba nous embarque dans le voyage d’Eva, une histoire remplie de rencontres qui n’échappe pas à quelques longueurs.

Un été en solitaire 

Eva vit à Madrid depuis sa naissance. L’été de ses 33 ans, tous ses amis partent en vacances, laissant derrière eux l’ardeur de la capitale espagnole. Eva décide de s’offrir un mois d’août en solitaire et va habiter pendant plusieurs jours dans l’appartement d’un ami. Dans les rues madrilènes, l’ambiance est festive et les touristes toujours aussi nombreux. Tous les ans, pendant la première quinzaine d’août, la ville célèbre les saints Cayetano, Lorenzo et la Vierge de Paloma. Concerts de rue, bals populaires et processions : l’heure est à la fête.  

ACID CinéIndépendant

Dans son nouvel appartement, Eva contemple longuement le plafond, allongée sur son lit. Elle regarde les passants et les défilés depuis sa fenêtre. Elle s’aventure dehors, ère dans la ville sans but précis en se laissant porter par ce qu’elle voit. Dans un musée, en bas de son immeuble ou sur un pont, elle croise des vieilles connaissances et fait des rencontres inespérées. Un ancien petit ami qu’elle n’a pas vu depuis trois mois, une vieille amie oubliée, sa nouvelle voisine, un gallois expatrié… Chacun va aider la jeune femme à se réinventer.      

Un film délicat  

Jonas Truba révèle peu de choses sur la vie de sa protagoniste. Son travail est vaguement évoqué, ses anciennes relations effleurées…On ne peut qu’essayer de deviner ce qui l’a amenée à passer ses vacances seule et se concentrer sur son présent. Le spectateur la contemple pendant de longs plans fixes où la lumière touche délicatement son visage ; une attention est portée aux petits détails, ce qui rend le film très délicat.   

Isabelle Stoffel (à gauche) et Itsaso Arana (à droite) se donnent la réplique dans Eva en août. 
Isabelle Stoffel (à gauche) et Itsaso Arana (à droite) se donnent la réplique dans Eva en août.  (Arizona Distribution)

Sous ses airs modestes, Eva en août aborde diverses thématiques. Une amitié peut-elle changer lorsque l’une des deux amies a eu un enfant ? Faut-il absolument voyager pour se découvrir ? Les conversations entre les personnages sont profondes, parfois philosophiques. Itsaso Arana campe avec brio le rôle principal, nimbant le personnage d'Eva d'une aura de mystère. Une ballade tout en légèreté dans les rues caniculaires de Madrid, que l'on prend plaisir à voir malgré quelques longueurs.

Eva en août, le dernier film de Jonás Trueba, sort en salles le 5 août. 
Eva en août, le dernier film de Jonás Trueba, sort en salles le 5 août.  (Arizona Distribution)

La fiche

Genre : Drame
Réalisateurs : Jonás Trueba
Avec : Itsaso Arana, Vito Sanz, Isabelle Stoffel
Pays : Espagne
Durée : 2h09
Sortie : 5 août 2020
Distributeur : Arizona Distribution 

Synopsis : Eva, 33 ans, décide de rester à Madrid pour le mois d’août, tandis que ses amis sont partis en vacances. Les jours s’écoulent dans une torpeur madrilène festive et joyeuse et sont autant d’opportunités de rencontres pour la jeune femme.

Vous êtes à nouveau en ligne