Allez prendre un grand bol d'air avec "Antoinette dans les Cévennes", premier grand rôle au cinéma pour Laure Calamy

Antoinette dans les Cévennes, de Caroline Vignal, septembre 2020
Antoinette dans les Cévennes, de Caroline Vignal, septembre 2020 (Julien Panié / CHAPKA FILMS / LA FILMERIE / FRANCE 3 CINEMA)

Ce conte drôle et tendre nous embarque dans une aventure amusante et touchante sur les sentiers escarpés des Cévennes, en compagnie d'un âne.

Vingt ans après Les autres filles, le deuxième long métrage de Caroline Vignal, Antoinette dans les Cévennes, sort en salles le mercredi 16 septembre. Cette comédie réjouissante, dans la sélection officielle du festival de Cannes 2020, offre à l'actrice Laure Calamy un rôle en or. 

FRANCE 3

L'amant, la maîtresse et l'âne

Antoinette (Laure Calamy) est une maîtresse d'école pleine de vie. Elle est aussi la maîtresse passionnée de Vladimir (Benjamin Lavernhe), le père d'une de ses anciennes élèves. La fin de l'année arrive et les amants ont prévu de passer une semaine ensemble. Seulement voilà, Vladimir lui annonce à la dernière minute que sa femme lui a fait une surprise : ils partent faire une randonnée en famille dans les Cévennes. La semaine de vacances en amoureux d'Antoinette tombe tout bonnement à l'eau.

 Laure Calamy dans le film \"Antoinette dans les Cévennes\", de Caroline Vignal, septembre 2020
 Laure Calamy dans le film "Antoinette dans les Cévennes", de Caroline Vignal, septembre 2020 (Julien Panié / CHAPKA FILMS / LA FILMERIE / FRANCE 3 CINEMA)

La jeune temme est désespérée mais ne se laisse pas abattre. Elle décide d'aller chercher Vladimir dans les Cévennes. En attendant de le retrouver, elle se lance dans une folle aventure avec Patrick… un âne.

Une comédie aux accents rohmériens

Ce second film de Caroline Vignard offre à Laure Calamy, révélée au grand public avec la série Dix pour cent, son vrai premier rôle principal. La comédienne de théâtre passée par le conservatoire campe avec une énergie réjouissante son Antoinette, une jeune femme généreuse et attachante, personnage fantasque et malchanceux en amour. Une Antoinette qui au fil de l'aventure et grâce à l'oreille attentive de Patrick, semble trouver son propre chemin et la voie de son émancipation, notamment vis-à-vis des hommes.

Le film renvoie à Voyage dans les Cévennes avec un âne, de Robert-Louis Stevenson (1871), mais a une autre référence majeure. Alliant comique de situation et dialogues savoureux, le film, servi par des comédiens plus vrais que nature (une palme pour l'âne Patrick) oscille entre comédie populaire et naturalisme rohmérien. On retrouve d'ailleurs l'actrice Marie Rivière qui incarnait dans Le Rayon vert (1986) une héroïne en errance amoureuse perdue dans des plans de vacances contrariés, ici extra dans le rôle d'une randonneuse un peu baba, complice bienveillante d'Antoinette. C'est le film de Rohmer qui a donné envie à la réalisatrice de passer au cinéma.

En ces temps masqués et confinés, ce conte tendre et drôle, qui fleure bon l'amour, la liberté et la joie, avec pour décor les paysages grandioses des montagnes cévenoles, magnifiquement photographiés, est un film totalement relaxant, une vraie bouffée d'oxygène. 

La fiche :

Affiche de \"Antoinette dans les Cévennes\", de Caroline Vignal, septembre 2020
Affiche de "Antoinette dans les Cévennes", de Caroline Vignal, septembre 2020 (Diaphana Distribution)

Genre : Comédie
Réalisateur : Caroline Vignal
Avec : Laure Calamy, Benjamin Lavernhe, Olivia Côte
Pays : France
Durée : 1h 35min
Sortie : 16 septembre
Distributeur : Diaphana Distribution
Synopsis : des mois qu’Antoinette attend l’été et la promesse d’une semaine en amoureux avec son amant, Vladimir. Alors quand celui-ci annule leurs vacances pour partir marcher dans les Cévennes avec sa femme et sa fille, Antoinette ne réfléchit pas longtemps : elle part sur ses traces ! Mais à son arrivée, point de Vladimir - seulement Patrick, un âne récalcitrant qui va l'accompagner dans son singulier périple…

Vous êtes à nouveau en ligne