"Grâce à Dieu" : un débat inédit à Lyon entre l’Eglise et les victimes de pédophilie

L\'Eglise et les victimes de pédophilie côte à côte pour débattre : une première à Lyon depuis la sortie du film
L'Eglise et les victimes de pédophilie côte à côte pour débattre : une première à Lyon depuis la sortie du film (Capture d'image France 3/Culturebox)

Projection exceptionnelle ce weekend, à Lyon, du film de François Ozon. "Grâce à Dieu" a été suivi d’un échange réunissant les victimes du père Preynat, des fidèles, le réalisateur et le remplaçant provisoire du cardinal Barbarin. Une première depuis la sortie du film.

"Grâce à Dieu", qui retrace l'histoire de jeunes scouts victimes d’abus sexuels par un prêtre de Sainte-Foy-lès-Lyon, a enfin fait sortir de son silence le diocèse de Lyon. Le débat était organisé par le cinéma Bellecombe dont les locaux appartiennent à l’Eglise lyonnaise. Un premier signe d’apaisement et de bonne volonté. 

Reportage : France 3 Rhône-Alpes J. Perrier / C. Conxicoeur / Q. Bartoli / O. Bodson

Quand on voit les erreurs profondes de notre Eglise qui ont conduit à de tels drames. Et bien, ça nous fait mal. C’est bien que ça nous arrive maintenant, car à certains ça fait mal depuis longtemps. C’est peut- être à notre tour de subir, ce que d’autres ont subi.Père Yves Baumgarten, vicaire général modérateur du diocèse de Lyon


C’est devant une salle comble que le Père Yves Baumgarten a prononcé ses mots. Un mea culpa devant des catholiques, François Ozon et des membres de l’association "La Parole libérée", victimes du père Preynat.

C’est la première fois que le dialogue se crée vraiment. Je pense que c’est une impulsion très forte, en tout cas sur le diocèse de Lyon. Est-ce que ça va être suffisamment déclencheur? En tout cas, au niveau du Pape, ça n’a pas suffi.François Devaux, président de "La parole libérée"


Il y a deux semaines le Pape a refusé la démission du cardinal Barbarin condamné dans cette affaire à 6 mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’abus sexuels. Une décision qui, lors de ce débat, était dans tous les esprits. Pendant deux heures, l'échange fut vif tout en étant cordial, mais les langues se sont enfin déliées.

Le père Baugmarten a essayé de répondre comme il pouvait pour que les choses changent. Mais c’est vrai que c’est très compliqué.François Ozon, réalisateur de "Grâce à Dieu"


Avec ce débat, l’Eglise de Lyon a démontré qu’elle voulait tourner la page mais Dieu que cela semble difficile.  
Vous êtes à nouveau en ligne