"The Interview" à peine diffusé sur Internet, déjà descendu par les critiques

Une affiche du film \"The Interview\" à Los Angeles (États-Unis), le 19 décembre 2014.
Une affiche du film "The Interview" à Los Angeles (États-Unis), le 19 décembre 2014. (GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

La comédie mettant en scène l'assassinat de Kim Jong-un, à l'origine du piratage des serveurs de Sony, est disponible depuis mercredi soir sur les plateformes de téléchargement. Qu'en ont pensé ceux qui l'ont vue ?

The Interview valait-il une affaire d'Etat ? Nombre de journalistes ont sacrifié près de deux heures de leur réveillon pour voir cette comédie potache américaine mettant en scène l'assassinat de Kim Jong-un. Un temps annulé après les menaces de cyber-terroristes, le film a finalement été diffusé sur Internet par Sony mercredi 24 décembre, sous la pression de Barack Obama. 

"Tout ça pour ça ?", s'interroge 20minutes.fr, qui livre une critique lapidaire du film : "Seth Rogen s'enfonce un obus dans le rectum. James Franco 'pue de la bite' et Kim Jong-un aime secrètement chanter du Katy Perry. On est loin du Dictateur de Chaplin ou même du Team America des créateurs de 'South Park'."

Le Journal de Montréal a également détesté le film : "Je me demande si, en fait, la Corée du Nord (si c’est elle qui se cache vraiment derrière les menaces adressées à Sony) n’a pas voulu nous rendre service en empêchant la sortie d’un terrible, terrible, film. Pas parce qu’il est gênant pour Kim Jong-un, mais complètement embarrassant pour toutes les personnes impliquées dans sa création."

 Le critique du magazine américain Variety, cité par le site Rotten Tomatoes (en anglais), estime que le film "est à peu près aussi drôle que les pénuries de viande en URSS". 

The Interview est "beaucoup moins convaincant que les évènements qui l'ont inspiré, estime de son côté Bloomberg (en anglais). "ll y a des femmes en bikinis, une rencontre nocturne avec un tigre, et deux tablettes de poison cachées sur le corps de Seth Rogen de la façon la plus grossière possible." 

Le chroniqueur du Chicago Tribune a passé son Noël devant son écran, et est resté assez indifférent au film : "Ce n'est pas la torture annoncée par la critique, mais pas non plus la comédie hilarante vendue par d'autres. (...) C'est juste un film paresseux."

Vous êtes à nouveau en ligne