Les Etats-Unis sanctionnent la Corée du Nord après le piratage de Sony

L\'enseigne Sony Pictures Studios à Culver City (Californie, États-Unis), le 16 décembre 2014.
L'enseigne Sony Pictures Studios à Culver City (Californie, États-Unis), le 16 décembre 2014. (AFP)

Des mesures ont été prises contre dix officiels du régime de Pyongyang et trois organisations et entreprises nord-coréennes.

Les Etats-Unis annoncent, vendredi 2 janvier, de nouvelles sanctions à l'encontre de la Corée du Nord. Celles-ci répondent, explique le Trésor américain, aux "nombreuses provocations [de Pyongyang] et particulièrement la récente cyber-attaque contre Sony Pictures".

Concrètement, dix officiels du régime et trois organisations et entreprises nord-coréennes sont désormais "exclus des systèmes financiers américains", précise Time (en anglais). Une agence de renseignement et un marchand d'armes sont notamment concernés. Parmi les personnalités exposées aux sanctions, se trouvent "des représentants du gouvernement nord-coréen et d'entreprises nationales en Iran, Russie, Chine, au Soudan et en Namibie", ajoute Time.

Le "premier volet" de la réponse américaine 

"Il s'agit du premier volet de notre réponse", prévient la Maison Blanche dans un communiqué. "Nous utiliserons un large éventail d'actions pour défendre les entreprises et les citoyens américains et pour se défendre contre les tentatives de saper nos valeurs", ajoute le secrétaire américain au Trésor, Jacob Lew.

Une enquête diligentée par Washington a affirmé en décembre que le piratage de la société américaine a été organisée par la Corée du Nord avec l'appui d'autres pays. De son côté, Pyongyang dément être à l'origine de l'attaque, et propose une "enquête conjointe" sur la question. Une éventualité rejetée par Washington. Fin décembre, Barack Obama a qualifié le piratage de Sony de "cyber-vandalisme", plutôt que d'acte de guerre.

Vous êtes à nouveau en ligne