Tout le monde s'acharne sur les deux responsables de la bourde des Oscars

Brian Cullinan (à gauche) et Martha Ruiz (de dos) discutent avec le régisseur des Oscars et l\'acteur Warren Beatty après l\'annonce du mauvais lauréat du meilleur film, le 26 février 2017 à Los Angeles (Etats-Unis).
Brian Cullinan (à gauche) et Martha Ruiz (de dos) discutent avec le régisseur des Oscars et l'acteur Warren Beatty après l'annonce du mauvais lauréat du meilleur film, le 26 février 2017 à Los Angeles (Etats-Unis). (LUCY NICHOLSON / REUTERS)

Brian Cullinan et Martha Ruiz, chargés de remettre les enveloppes contenant le nom des vainqueurs, se déplacent désormais ave des gardes du corps et ne remettront plus les pieds aux Oscars.

Vous avez forcément vu l'incroyable raté des Oscars, et l'annonce par erreur de la victoire de La La Land à la place de Moonlight dans la catégorie "meilleur film", dimanche 26 février. Mais vous ne connaissez peut-être pas les visages des deux responsables de ce fiasco : Martha Ruiz et Brian Cullinan, du cabinet d'audit PricewaterhouseCoopers (PwC).

C'est Brian Cullinan qui a en effet remis à Warren Beatty et Faye Dunaway la mauvaise enveloppe, et sa partenaire, qui connaissait le nom du véritable lauréat, n'est pas intervenue. Une semaine après cette bourde, peut-être la pire de l'histoire de la cérémonie, les deux auditeurs croulent sous les critiques, voire les menaces, et sont persona non grata aux prochains Oscars.

Mardi 28 février, Brian Cullinan s'est même retrouvé en une des tabloïds new-yorkais. "Et le loser est...", ironise le Daily News, tandis que le New York Post le désigne comme "le crétin qui a ruiné les Oscars". Des propos d'autant plus durs que, quelques minutes avant de remettre la mauvaise enveloppe, celle contenant le nom d'Emma Stone, cet auditeur était occupé à poster sur Twitter une photo de la star de La La Land venant de recevoir l'Oscar de la meilleure actrice. Un message qu'il a effacé après la cérémonie.

Les seuls à connaître le palmarès

Brian Cullinan et Martha Ruiz étaient-ils un peu dilettantes ? Avant la cérémonie, ils s'étaient fait photographier sur le tapis rouge, brandissant fièrement les deux mallettes qui contiennent les fameuses enveloppes. Ce sont eux qui ont supervisé le décompte des 7 000 votes pour le compte de PwC, un des plus grands cabinets d'audit au monde. Un processus complexe qu'ils expliquaient à la BBC (en anglais) avant la cérémonie.

Sur le tapis rouge, Martha Ruiz et Brian Cullinan brandissent les mallettes dans lesquelles se trouvent les enveloppes contenant les noms des vainqueurs.
Sur le tapis rouge, Martha Ruiz et Brian Cullinan brandissent les mallettes dans lesquelles se trouvent les enveloppes contenant les noms des vainqueurs. (ROBYN BECK / AFP)

Ils sont donc les seules personnes à connaître le palmarès en avance. Le 26 février, quand Faye Dunaway ouvre l'enveloppe que lui a remis Brian Cullinan et déclare La La Land vainqueur, eux seuls savent, à cet instant, que c'est une erreur. Ironie du sort, dans un article publié par le Huffington Post deux jours avant la cérémonie et intitulé "que se passerait-il si un des remettants annonçait le mauvais vainqueur aux Oscars ?", ils expliquaient avoir appris le nom des lauréats par cœur, au cas où. En cas d'ennui, "nous ferions tout pour arrêter la cérémonie, monter sur scène, faire signe au régisseur. Mais c'est très improbable".

"Ils ont un seul boulot !

Mais mercredi, le régisseur des Oscars, Gary Natoli, a livré son récit de la soirée au site The Wrap (en anglais). Un témoignage accablant pour les deux auditeurs, disposés de part et d'autre de la scène. Quand la victoire de La La Land est annoncée, Martha Ruiz ne réagit pas, accuse-t-il : "Elle n'a pas essayé d'attirer mon attention, elle n'a rien dit." 

Il décrit l'attitude très détachée des deux auditeurs quand, plus d'une minute plus tard, Brian Cullinan exprime enfin des doutes : "On essayait de le faire monter sur scène et il ne voulait pas y aller. Martha ne voulait pas y aller. Nous avons dû les pousser sur scène." Gary Natoli est sans appel : "Je suis sûr que ce sont des personnes charmantes, mais ils ne sont juste pas faits pour ça."

Brian Cullinan consulte son téléphone avec les enveloppes contenant le nom des gagnants aux Oscars sous le bras, le 26 février 2017, dans les coulisses de la cérémonie.
Brian Cullinan consulte son téléphone avec les enveloppes contenant le nom des gagnants aux Oscars sous le bras, le 26 février 2017, dans les coulisses de la cérémonie. (MATT SAYLES / AP / SIPA)

La directrice de l'Académie des Oscars, Cheryl Boone Isaacs, leur donne le coup de grâce. "Ils ont un seul boulot ! Un seul !", s'insurge-t-elle dans une interview à l'agence Associated Press. Avant d'annoncer que les deux auditeurs distraits ne travailleraient plus jamais sur les Oscars. Une telle erreur "ne s'était jamais produite auparavant, et ne se produira plus jamais".

Des photos de leurs maisons diffusées sur internet

Un déchaînement médiatique difficile à vivre. Mercredi, le président de PwC expliquait à Business Insider que Brian Cullinan était "vraiment dévasté par ce qui s'est passé (...) et ce qui s'est dit dans la presse. Pas seulement lui mais aussi sa famille". Ni ce dernier, ni sa partenaire ne se sont exprimés depuis leur erreur mais le cabinet a présenté ses excuses dans un communiqué, notamment à l'équipe de La La Land.

Le tollé contre les deux fautifs a même pris un tour inquiétant. Jeudi, leur employeur a annoncé à la chaîne NBC que les coordonnées personnelles de Brian Cullinan et Martha Ruiz et des photos de leurs maisons avaient fuité sur internet. Inquiet, le cabinet d'audit leur a fourni des gardes du corps. Seule consolation : ils ne seront pas licenciés, mais simplement privés d'Oscars.

Sans doute un soulagement pour les organisateurs, qui affirment réexaminer leur partenariat avec PwC. Mais dommage pour les spectateurs : le dénouement des 89es Oscars est sans doute le plus fou de l'histoire de la cérémonie.

Vous êtes à nouveau en ligne