Orson Welles tenait des propos peu amènes envers ses confrères

Orson Welles dans \"Le troisième homme\", un film de Carol Reed datant de 1949.
Orson Welles dans "Le troisième homme", un film de Carol Reed datant de 1949. (KOBAL / AFP)

Dans des entretiens à paraître, le réalisateur de "Citizen Kane" se montre prolixe en ragots sur les acteurs et les réalisateurs qu'il a pu croiser.

Charlie Chaplin est "arrogant", Humphrey Bogart "cherche la bagarre dans les boîtes de nuit", James Stewart un "mauvais acteur" et Joan Fontaine avait "deux expressions et c'est tout". L'écoute d'enregistrements inédits d'Orson Welles révèle que le réalisateur de Citizen Kane ne portait pas tout le monde du cinéma dans son cœur, selon le Guardian (article en anglais).

Ces déclarations acerbes étaient consignées dans des entretiens avec un ami, le réalisateur Henry Jaglom, sans l'intention qu'ils soient rendus publics un jour. L'idée était de publier un jour une autobiographie, mais Orson Welles est mort subitement d'une crise cardiaque en 1985, juste après son dernier entretien avec cet ami.

Tous ces entretiens doivent être publiés le 16 juillet sous le titre My lunches with Orson (en français, Mes déjeuners avec Orson). D'après l'historien Peter Biskind, qui a eu accès aux documents, il n'apparaît pas comme "le grand réalisateur interviewé par un journaliste émerveillé. Il parle à un ami et se sent libre de parler de ragots"

Vous êtes à nouveau en ligne