On est parti à la recherche de Tom Cruise, en tournage dans Paris... Et c'est quasi mission impossible

L\'acteur Tom Cruise tourne \"Mission: Impossible 6\", à Paris, le 9 avril 2017.
L'acteur Tom Cruise tourne "Mission: Impossible 6", à Paris, le 9 avril 2017. (MEHDI TAAMALLAH / NURPHOTO / AFP)

Le dernier opus de "Mission : Impossible" se tourne en ce moment à Paris. Franceinfo a envoyé une journaliste dans les rues de la capitale sur les traces du héros du film.

Lundi 10 avril, Paris 15e. Ma rédaction en chef me donne une mission : partir à la recherche de Tom Cruise. L'acteur américain tourne dans la capitale le sixième opus de la saga Mission : Impossible, plus de vingt ans après les premiers pas d'Ethan Hunt sur grand écran. Le dernier épisode en date, Rogue Nation, sorti en 2015, avait réalisé plus de 2,8 millions d’entrées en France. C'est dire si le tournage est un événement pour la ville. "Environ 25 millions d’euros seront ainsi dépensés sur le territoire parisien", se félicite la mairie dans un communiqué.

Mais Tom Cruise ne se laisse pas approcher si facilement. Côté production, les informations sont distillées au compte-gouttes. Les premières séquences ont été tournées vendredi 7 avril. Des hélicoptères ont balayé le ciel au-dessus du ministère des Finances à Bercy. Mais peu d'éléments ont filtré sur le contenu de ces scènes présentées comme spectaculaires. Les médias sont tenus à l'écart. Le réalisateur, Christopher McQuarrie, a juste posté, pour les fans, quelques photos de repérage du tournage.

...

Une publication partagée par Christopher McQuarrie (@christophermcquarrie) le

Pas la peine d'appeler la mairie pour en savoir plus. "Nous n'avons pas le droit de communiquer sur les lieux concernés par le tournage, explique-t-elle au Huffington Post. Les équipes du film sont assez frileuses sur les questions de sécurité." Mais le cliché du réalisateur – une photo du métro aérien, dans le 15e arrondissement – est un premier indice dans ma quête. Arrivée à proximité de la ligne 6, boulevard Garibaldi, quelques pancartes confirment qu'un tournage a bien lieu ici, lundi 10 avril, entre les stations Cambronne et Sèvres-Lecourbe. Le titre Mission : Impossible n'y figure pas, pas plus que le nom du réalisateur ou de la tête d'affiche Tom Cruise. Uniquement Gemini, le nom de code du long-métrage.

Tom Cruise ou le gars de la compta ?

Le quartier est quasi bouclé. Des personnes en gilet fluo, munies d'oreillettes, bloquent les accès à chaque intersection. Pendant deux à trois heures, la production verrouille le boulevard sur 300 mètres de long. Trois facteurs à vélo arrêtés à un feu rouge s'interrogent : "Nous ça va, nous prenons le boulevard de Grenelle, mais nos collègues, ils vont avoir du mal", constate l'un deux.

Un peu plus loin, à l'angle de la rue Carrier-Belleuse, un homme âgé, béret sur la tête et imperméable beige, se demande pourquoi un tel bazar dans son quartier. "C'est pour le tournage d'un film, monsieur, explique pour la énième fois l'un des hommes en gilet fluo. Avec Tom Cruise, vous savez, l'acteur américain !" Visiblement, ce nom ne dit rien au monsieur. Il poursuit sa route, contrarié de devoir emprunter un autre itinéraire pour aller chercher son pain.

Il rate le début du tournage, signalé au mégaphone. "1, 2, 3... action." Des crissements de pneus se font entendre. Un modèle ancien de BMW, couleur kaki, surgit sous le métro aérien. C'est le moment ou jamais de repérer Tom Cruise. Wendy, étudiante de 23 ans, en est certaine, elle l'a vu. "Mais si, c'est lui" affirme-t-elle à sa copine Clémence avant de s'esclaffer : "A moins que ce ne soit le gars de la compta." Pas facile d'identifier à 100% l'acteur. A notre décharge, il n'est pas très grand et il y a du monde autour de lui. Pourtant, il est bien là, juste à quelques mètres. Pendant ce temps, sur les réseaux sociaux, circulent des photos et vidéos du tournage. 

Haute sécurité

Difficile pourtant d'immortaliser la superstar. La sécurité veille au grain et houspille le malheureux qui tente de prendre une photo. "Il faut respecter l'image des gens, cela s'appelle le droit à l'image", rappelle une femme de la production aux badauds.

Reste la station-service du quartier, aux premières loges. Samy, le gérant, sort son smartphone. Il est méfiant. "Je peux vous les montrer mes photos et mes vidéos, mais pas vous les donner, explique-t-il. La sécurité a d'ailleurs vérifié ce que j'avais pris. Comme c'étaient juste des répétitions et pas de véritables prises, j'ai pu les garder." Sur ses clichés, la confirmation : Tom Cruise est bien là, au volant de la voiture. "Les gars de la technique m'ont dit qu'il adorait conduire et qu'il faisait lui-même la plupart des cascades", poursuit Samy.

Traversée du boulevard : impossible

"On a vu Tom Cruise plusieurs fois ce matin, il arrête pas de sortir et entrer dans la voiture", confirment Marion et Chloé, 19 et 20 ans, venues exprès pour assister au tournage. Sous leurs yeux, la scène se rejoue des dizaines de fois. Même scénario, le top est donné, le moteur hurle, les pneus crissent : la BMW file à toute allure, poursuivie par une moto noire.

Mais, Tom Cruise ou pas, certains aimeraient bien pouvoir traverser le boulevard Garibaldi. Refus catégorique. "Non monsieur, les cascades peuvent être dangereuses, je ne veux pas que vous finissiez comme une crêpe", lance une membre de l'équipe. L'homme, agacé, est invité à prendre un autre chemin ou à attendre une pause pour qu'on l'escorte à destination. Soudain, c'est le silence. Juste le temps de s'apercevoir que les barrières commencent à être démontées. Tom Cruise, lui, semble s'être évaporé. Mais la matinée de tournage n'est pas terminée. Ma mission se poursuit.

"Belmondo ne faisait pas autant de cinéma"

Le tournage continue un peu plus bas dans le quartier. Je contourne par l'avenue de Suffren pour tenter d'apercevoir à nouveau Tom Cruise. En chemin, je croise Roger, qui n'est vraiment pas content. C'est la pagaille dans le quartier. "Belmondo, il faisait vingt fois des cascades comme celle-là et il n'y avait pas autant de cinéma", s'agace-t-il. Je m'arrête dans une rue adjacente. L'endroit semble parfait. Des barrières certes, mais une vue dégagée sur l'action à venir. Les caméras sont en place. Il ne reste plus qu'à attendre la voiture kaki.

C'était compter sans un ultime rappel à l'ordre. "Vous pouvez pas rester là madame, vous êtes dans le champ", me dit-on. Un peu émue de réaliser que j'aurais pu figurer dans une scène de Mission : Impossible 6, j'obéis docilement et me place plus loin, à l'angle de la rue Barthélemy, où se massent déjà curieux et photographes. Quelques crissements de pneus et crépitements de flashs plus tard, le tournage touche à sa fin, dans le 15e arrondissement du moins. Ma mission s'achève là.

Si toutefois vous vouliez relever le défi d'approcher Tom Cruise, l'équipe du film est encore pendant 30 jours dans d'autres lieux de la capitale, comme l'Opéra, le Grand Palais ou le Palais-Royal, relaie BFM. Pour voir ce qu'il en restera, il faudra patienter jusqu'au 25 juillet 2018, date de la sortie en salle de ce sixième opus.

Vous êtes à nouveau en ligne