Malaise à Cannes autour du film de Kechiche : l'actrice principale de "Mektoub My Love" absente de la séance photo

L\'ééquipe de \"Mektoub My Love\" d\'Abdellatif Kechiche, sans l\'actrice principale, Ophélie Bau
L'ééquipe de "Mektoub My Love" d'Abdellatif Kechiche, sans l'actrice principale, Ophélie Bau (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Six ans après la Palme d'or puis la polémique autour de "La vie d'Adèle", Abdellatif Kechiche a secoué le Festival de Cannes jeudi soir avec "Mektoub My Love. Intermezzo", une expérience de 3h28 radicale, dont les trois quarts se déroulent en boîte de nuit.

La comédienne Ophélie Bau, une des actrices principales de Mektoub My Love : Intermezzo d'Abdellatif Kechiche qui fait scandale sur la Croisette par sa manière de filmer les femmes et une longue de scène de sexe, n'a pas participé vendredi à la séance photo du film.

L'actrice, nommée aux César pour sa prestation dans le premier volet de Mektoub My Love, n'est pas annoncée non plus pour la conférence de presse de l'équipe du long métrage. Dans les deux volets de cette ode au désir s'étirant sur plusieurs heures, elle incarne Ophélie, une jeune femme callipyge et sensuelle, filmée sous toutes les coutures par le réalisateur.

Une scène de sexe oral de 13 minutes

Plusieurs spectateurs ont quitté la salle pendant la projection officielle, dont Ophélie Bau, qui n'était plus là lorsque les lumières se sont rallumées. A la fin du film le réalisateur a quitté précipitamment les lieux après avoir lancé au micro : "Je m'excuse de vous avoir retenus sans vous prévenir et voilà je m'en vais!"

"Il se trouve que c'est mon éducation, je m'excuse de retenir les gens dans une salle et d'attirer l'attention sur moi", a-t-il argué vendredi, entouré d'une partie des acteurs du film à l'exception d'Ophélie Bau, qui joue l'un des personnages principaux, actuellement en tournage sur un autre film.

Précédé d'une rumeur sulfureuse, ce film en lice pour la Palme d'or contient comme attendu son lot de surprises et de provocations, dont une scène de sexe oral de 13 minutes.

Alors que le premier volet avait déjà suscité pas mal de commentaires sur la façon de filmer les femmes en s'attardant sur leurs courbes, leurs fesses en particulier, il récidive à haute dose dans ce second volet. 

Abdellatif kechiche se défend

"A partir du moment où on tente une expérience nouvelle, tout le monde n'est pas ouvert à cette expérience, tout le monde n'est pas sensible à mon regard, au regard que je porte sur les autres. Ça ne me dérange pas. Ce que je vois, et ce que j'aime voir n'est pas aimable ou appréciable pour tout le monde. Heureusement, ce serait désastreux sinon", s'est défendu le réalisateur français, au lendemain de la projection de son film en compétition officielle.


"La chose plus importante pour moi était de célébrer la vie, l'amour, le désir, le pain, la musique, le corps et de tenter une expérience cinématographique la plus libre possible (...) J'ai essayé de montrer ce qui me fait vibrer moi", a dit le cinéaste.

Une expérience de cinéma éprouvante

Il multiplie ainsi les plans sur les corps de jeunes femmes qui dansent en mini-short et brassière, avec d'inombrables images de pole dance et de plans sur les fesses des filles.

Mektoub My Love: Intermezzo se révèle être une expérience de cinéma éprouvante, répétant en boucle des images de danse sur des rythmes de musique techno jusqu'à devenir quasiment hypnotique et laisser le spectateur groggy.

Le caractère très sexuel de l'oeuvre n'est pas vraiment inattendu de la part d'un cinéaste qui avait déjà marqué les esprits, avec une longue scène d'amour crue dans La Vie d'Adèle et une autre torride en ouverture de Mektoub my Love: canto uno.

Des réactions outrées

"Pas de générique, pas de réelle narration. Une intro sur un cul, des plans sur des culs. Et encore. Une discussion sur les culs. D'autres culs. Et on finit sur un cul. Plage. Boîte. Cunni. Boîte. Fin. J'adore le cinéma de Kechiche mais là, j'ai pas suivi...", a déploré le réalisateur Thibaut Buccellatto sur Twitter.

"Pour toi public, j'ai compté tous les plans qui montrent des culs dans #MektoubMyLoveIntermezzo : il y en a 178. Si on les enlève, je pense que le film dure 20 minutes", a tweeté la journaliste Anaïs Bordages.

"Oui la scène de sexe est dominée par la femme comme c'est rarement fait au cinéma. Oui Kechiche est un dieu pour filmer la jeunesse, le désir comme il l'a montré dans le premier. Mais je rejette totalement ce film dont je ne vois que la brutalité du regard misogyne et abject", s'est émue Gwen sur le même réseau social.

D'autres, comme le critique Philippe Rouyer ont au contraire estimé que Kechiche "radicalise sa démarche pour nous faire partager une folle nuit de désirs en discothèque. Bravo à tous les interprètes qui se sont donnés à fond pour jouer cette transe magistralement filmée".

Une nouvelle polémique ? 

La présence du film en compétition marque en tout cas le retour du cinéaste de 58 ans sur la Croisette après la Palme d'or en 2013 pour La Vie d'Adèle et ses actrices, Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos, et la polémique sur les conditions de tournage du film.

Léa Seydoux avait notamment dénoncé des conditions de tournage "horribles", tandis qu'Adèle Exarchopoulos, alors âgée de 19 ans, avait parlé de "dix journées entières à tourner" la très longue scène de sexe du film.




Vous êtes à nouveau en ligne