Le Festival d’Angoulême, baromètre du cinéma français

france 2

Le festival du film francophone d'Angoulême (Charente) bat son plein jusqu'à dimanche. Le temps d'un week-end, la ville est le baromètre du cinéma français.

C'est un mystère, une alchimie compliquée. Un charme qui opère depuis 122 ans. Et pourtant, chaque année, on prédit le déclin du plus vieux cinéma au monde : le cinéma français. Mais ce n'est pas le cas de Dominique Besnehard, président du festival d'Angoulême (Charente) : "je pense que le cinéma français c'est celui qui se porte le mieux dans le monde. Ici, il y a toute la diversité du cinéma, et chacun y trouve un peu ce qu'il a envie d'y trouver."

200 productions par an : un record en Europe

Chaque année, les 35 000 spectateurs du festival d'Angoulême servent de cobaye face aux 30 nouveautés de la rentrée proposées. Une offre d'une incroyable diversité. Depuis le très attendu "Au Revoir Là-Haut" d'Albert Dupontel au premier film d'un fils d'agriculteur, "Petit paysan", en passant pas un thriller très particulier signé Christian Carion. Séduire le public : l'enjeu est de taille. Les Français continuent d'aller au cinéma : plus de 200 millions d'entrées par an. Et surtout, ils continuent d'aller voir des films français. Avec plus d'un tiers des entrées, il résiste plutôt bien à la concurrence, essentiellement américaine. 200 productions par an : c'est un record en Europe, et ce grâce à un système de soutien financier quasi unique au monde.  
 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne