Jordanie : le pays mise sur le tourisme de luxe et le cinéma pour faire revenir les touristes

France 2

Le Proche-Orient, victime collatérale des conflits est désertée par les vacanciers. Pour faire revenir les touristes, la Jordanie opte pour une nouvelle stratégie : le tourisme de luxe et le tournage de films dans le désert de Wadi Rum.

Pour admirer le désert du Wadi Rum, il faut être matinal et ne pas avoir peur d'affronter cette fournaise. À sept heures du matin, il fait déjà 40 degrés sous le brûleur de la montgolfière par laquelle on survole le désert. C'est le prix à payer pour admirer ce désert de légende. "C'est un paysage lunaire, c'est splendide", explique une touriste française enthousiaste. 

100 euros pour une nuit en demi-pension au milieu du désert 

Un désert qui n'est pas qu'un mirage vu du ciel. Sur les pistes sablonneuses, c'est à dos de chameau qu'il s'apprivoise le mieux. "Toutes ces teintes de rouge, ça me donne l'impression d'être sur Mars", commente une touriste. La comparaison éveillera des souvenirs chez de nombreux scénaristes hollywoodiens. Les films de science-fiction y trouvent un décor naturellement cinématographique : Planète rouge, Dernier jour sur Mars, ou plus récemment Seul sur Mars, nommé sept fois aux Oscars. Les autorités ont compris qu'elles tenaient là un créneau porteur, car depuis cinq ans la fréquentation touristique s'est effondrée.
 
Les guerres en Syrie et en Irak ont détourné les touristes de cette destination. Les tentes bédouines spartiates ont donc été abandonnées pour des bivouacs luxueux. Peignoirs, chaussons, électricité, le désert devient confortable pour 100 euros pour une nuit en demi-pension. Les hôteliers multiplient les investissements dans l'espoir de faire venir une clientèle plus aisée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne