Mort de Jean-Paul Belmondo : "un hommage sera rendu" à l'acteur, affirme Roselyne Bachelot

Ce direct est terminé.

La ministre de la Culture a précisé qu'il était "trop tôt" pour savoir quelle forme prendrait cet hommage. Emmanuel Macron a qualifié l'acteur de "trésor national".

La France rendra hommage à Jean-Paul Belmondo, monstre sacré du cinéma mort lundi 6 septembre à l'âge de 88 ans, a affirmé la ministre de la Culture Roselyne Bachelot sur RTL"Il est encore trop tôt" pour savoir sous quelle forme, "mais bien entendu un hommage lui sera rendu, le président de la République en fixera les contours", a-t-elle expliqué. Roselyne Bachelot voit en lui "un artiste qui arrive à réconcilier tous les Français". Un peu plus tôt, Emmanuel Macron l'avait qualifié de "trésor national".

Plus de 50 ans de carrière et 80 films. L'acteur a tourné dans 80 films et laisse derrière lui des rôles inoubliables : jeune premier dans A bout de souffle ou encore pendu à un hélicoptère au-dessus de Venise dans L'homme de Rio.

 "C'était plus qu'une légende, c'était Belmondo", réagit son biographe. Sur franceinfo, l'historien du cinéma et biographe de Jean-Paul Belmondo, Philippe Durant, a fait part de son émotion. "Je suis totalement sous le choc. Il n'y a pas de mot. Quand une légende s'écroule comme ça, ça fait trembler le monde. Ça va faire trembler le monde du cinéma."

 Son ami Alain Delon "anéanti". L'autre grande figure de cette génération d'acteurs a réagi sur CNews et Europe 1, rappelant sa proximité avec Jean-Paul Belmondo"C'est une partie de ma vie, on a débuté ensemble il y a 60 ans". Claude Lelouch, lui, a salué "un héros aussi bien devant que derrière la caméra" qui "était dans la vie comme dans ses films", a réagi le réalisateur sur franceinfo.

Pluie de réactions des personnalités politiques. "Il restera à jamais 'Le Magnifique'. Jean-Paul Belmondo était un trésor national", a écrit Emmanuel Macron sur Twitter. "C’était une gueule et une gouaille inimitables, un acteur et un cascadeur légendaires", a réagi Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national. "Envie de m’arrêter quelques jours et revoir tous ces films où j’ai rêvé, ri, tremblé, avec ce géant qui a su donner chair à tant de personnages", a commenté Olivier Faure, le premier secrétaire du PS.

Amoindri depuis un AVC. Malgré un accident vasculaire cérébral survenu en 2001, celui qui était surnommé "Bébel" recevait beaucoup de propositions de tournage.

Vous êtes à nouveau en ligne