Spike Lee, premier président noir du festival de Cannes : "On comble une lacune", déclare le délégué général du Festival de Cannes

Le réalisateur américain Spike Lee (G) et le délégué général du festival de Cannes Thierry Frémaux sur le tapis rouge en 2008.
Le réalisateur américain Spike Lee (G) et le délégué général du festival de Cannes Thierry Frémaux sur le tapis rouge en 2008. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Thierry Frémaux défend l'exemplarité du festival de Cannes en matière de diversité.

"Le festival de Cannes n'est pas un festival français mais un festival qui se passe en France", explique mardi 14 janvier sur franceinfo son délégué général, Thierry Frémaux. "Cannes essaie, et je crois est assez exemplaire" en matière de diversité et de représentation des minorités, défend Thierry Frémaux alors que le réalisateur américain Spike Lee a été désigné comme prochain président du jury

Spike Lee incarne quelque chose de plus large, notamment sa communauté afro-américaine.Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannesà franceinfo

"C'est le premier président noir de l'histoire des grands festivals", se félicite Thierry Frémaux qui ajoute : "On comble-là une lacune qui nous semblait importante, au-delà de la qualité d'artiste et de la personnalité propre de Spike Lee". "L'an dernier, la Palme d'Or était coréenne et a été remise par un Mexicain", rappelle Thierry Frémaux. En 2019, le Mexicain Alejandro G. Iñarritu avait récompensé Bong Joon-ho pour le film Parasite.

Spike Lee "parfois un peu rétif à certaines obligations"

La compétition se tiendra cette année du 12 au 23 mai. Le réalisateur excentrique de Do the Right Thing, Malcom X et La 25e heure, devra donc se plier au protocole strict du festival. "Je lui ai expliqué le règlement, etc... J'étais un peu méfiant parce qu'il est parfois un peu rétif à certaines obligations. Mais il m'a promis qu'il serait particulièrement sage", s'amuseThierry Frémaux.

Vous êtes à nouveau en ligne