"La vie d'Adèle", d'Abdellatif Kechiche, décroche la Palme d'or du 66e festival de Cannes

Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux dans \"La vie d\'Adèle : chapitre 1 et 2\", d\'Abdellatif Kechiche.
Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux dans "La vie d'Adèle : chapitre 1 et 2", d'Abdellatif Kechiche. (WILD BUNCH / QUAT'SOUS FILMS / FRANCE 2 CINEMA / SCOPE PICTURES / VERTIGO FILMS)

Francetv info récapitule le palmarès du festival de Cannes 2013.

Le roi des blockbusters a parlé. Le jury du réalisateur Steven Spielberg a décerné la Palme d'or du 66e festival de Cannes, dimanche 26 mai, à La Vie d'Adèle, d'Abdellatif Kechiche. Un choix qui confirme les rumeurs et une partie des pronostics des critiques de cinéma tout au long du festival. C'est l'actrice fétiche de Quentin Tarantino, Uma Thurman, qui a remis son prix au réalisateur.

Le jury récompense ainsi une histoire d'amour fiévreuse entre deux jeunes femmes, interprétées par la révélation Adèle Exarchopoulos et l'étoile montante Léa Seydoux, qui avait ému la quasi-unanimité des critiques lors de sa projection. Le président du jury a d'ailleurs salué la "réalisation de trois artistes : Adèle, Léa et Abdellatif Kéchiche", tant la prestation des deux jeunes actrices a bouleversé les spectateurs. Même si Steven Spielberg s'est défendu d'avoir été "influencé par la politique" pour récompenser cette "très belle histoire d'amour", le choix du jury ressemble en outre à un pied de nez à la Manif pour tous, qui défilait à Paris dimanche.

Canal+

Voici l'ensemble des choix du jury, qui fait la part belle au cinéma asiatique et crée deux surprises, en remettant les prix d'interprétation à Bérénice Béjo et Bruce Dern :

Grand Prix : Inside Llewyn Davis, de Joel et Ethan Coen (Etats-Unis)

Prix de la mise en scène : Heli, de Amat Escalante (Mexique).

Prix du scénario : Tian Zhu Ding (A Touch of Sin), réalisé par Jia Zhangke (Chine).

Prix d'interprétation féminine : Bérénice Béjo, dans Le Passé, de Asghar Fahradi (Iran).

Prix d'interprétation masculine : Bruce Dern, pour Nebraska, d'Alexander Payne (Etats-Unis).

Prix du jury : Sochite Chi Chi Ni Naru (Tel père, tel fils), de Kore-Eda Hirokazu (Japon).

Caméra d'or : Ilo Ilo, de Anthony Chen (Singapour).

Palme d'or du court-métrage : Safe, de Byoung-Gon Moon (Corée du Sud).

Vous êtes à nouveau en ligne