Cinq inventions de "Retour vers le futur" dont on a besoin (et vite)

Michael J. Fox, dans le rôle de Marty McFly, dans \"Retour vers le futur II\", de Robert Zemeckis, sorti en 1989. 
Michael J. Fox, dans le rôle de Marty McFly, dans "Retour vers le futur II", de Robert Zemeckis, sorti en 1989.  (AMBLIN / UNIVERSAL/ KOBAL / AFP )

Dans un an, nous atteindrons la date à laquelle est censée se dérouler l'action de "Retour vers le futur II". En attendant, vous pouvez déjà précommander sur un site californien le skateboard volant. Et quoi d'autre ?

Scientifiques, savants fous, inventeurs de génie, dépêchez-vous ! Dans un an, le 21 octobre 2015, Marty McFly et le docteur Emmet Brown, alias Doc, débarqueront dans les rues de Hill Valley, à bord d'une voiture à voyager dans le temps, conformément au scénario de Retour vers le futur II (1989). Alors que les férus de culture pop s'apprêtent à fêter le 30e anniversaire de la trilogie de Robert Zemeckis, lancée en 1985 par un Michael J. Fox en doudoune sans manche, une start-up américaine affirme, mardi 21 octobre, être parvenue à réaliser l'"hoverboard", le skateboard volant utilisé par le héros dans le second volet de la trilogie. L'action s'y déroule en partie dans un futur lointain... en 2015. 

Tablettes, visioconférences, maisons et lunettes connectées, drones, écrans plats, etc., le deuxième volet de la trilogie a anticipé nombre d'objets du quotidien. Mais qu'en est-il des inventions les plus iconiques utilisées par Marty et Doc ? Francetv info revient sur ces cinq défis scientifiques à résoudre en 12 mois. Bon courage.

La DeLorean qui voyage dans le temps : même pas en rêve

En 2014, impossible de voyager dans le temps en poussant à bloc une DeLorean (modèle utilisé dans le film), une Twingo tunée ou une Divine DS. Vraisemblablement, cela ne sera toujours pas le cas en 2024, ni même en 2114, expliquent les physiciens.

Certains, comme Stephen Hawking, estiment que cette technologie ne verra jamais le jour. D'autres affirment avoir réussi, en juin 2014, à reproduire les conditions du voyage temporel avec des photons, des particules de lumière de l'ordre de l'infiniment petit. Certains estiment enfin qu'il sera peut-être un jour possible de voyager dans le temps, mais certainement pas vers le passé. Bref, pour 2015, n'y pensons même pas.

La DeLorean volante : pas tout à fait au point

"Des routes ? Là où nous allons, nous n'avons pas besoin de routes", frime le Doc au début de cet épisode. Si nous n'arriverons jamais à traverser l'espace-temps dans les délais qui nous sont impartis, nous savons construire des voitures volantes. Fin octobre, la start-up slovaque Aeromobil doit présenter la dernière version de son Flying Roadster, explique The Christian Science Monitor. A mi-chemin entre un jet et une voiture futuriste, le véhicule pourrait être commercialisé d'ici 2017, assure la société.

Dans le même registre, la firme américaine Terrafugia se vante d'avoir prévendu une centaine d'exemplaires de sa voiture volante, prévue pour 2016. Là encore, le prototype est doté d'hélices, ce qui le différencie des engins aperçus sur l'autoroute aérienne qui conduit Marty, Doc et Jennifer dans les rues du Hill Valley de 2015. Son modèle le plus ressemblant, le TF-X, n'est quant à lui qu'un projet. 

"L'hoverboard" : c'est faisable

D'autres moyens de locomotion montrés dans le film culte sont à la portée de notre réalité. A commencer par "l'hoverboard". Ce skateboard volant au ras du sol occupe les ingénieurs depuis la sortie du film, en 1989. Des scientifiques du Google X Lab, le laboratoire financé par la firme américaine du même nom, ont essayé, en vain, de le réaliser, explique le site FastCompany.com (en anglais). Des chercheurs français du laboratoire Matériaux et phénomènes quantiques de Paris-Diderot, rencontrés en 2011 par Le Point, y sont presque arrivés, développant un objet proche, mais inutilisable à des fins cool (impossible de monter dessus).

La palme du projet le plus abouti revient à la start-up californienne Arx Pax. Spécialisée dans ce qu'elle a baptisé "l'architechture des champs magnétiques", elle est parvenue à stabiliser une planche à quelques centimètres du sol, le tout en supportant le poids d'une personne (comme un journaliste hésitant de The Verge).

Mardi, la start-up a lancé une campagne de financement participatif destinée à financer son "Hendo", s'approchant en quelques heures des 250 000 dollars demandés aux internautes. L'engin en lui-même, impossible à piloter, instable, bruyant et utilisable uniquement au-dessus d'une surface de cuivre, vous coûtera 10 000 dollars. Clin d'œil au film dont ils sont inspirés, les skateboards Hendo seront livrés le 21 octobre 2015. Moins convaincante que la version volée par Marty à cette pauvre fillette, la planche prouve au moins que les scientifiques domptent peu à peu la sustentation magnétique. Soit un projet plus excitant que "l'hoverboard" d'Haltek Industries, à hélices, également prévu pour 2015.  

 

"Les Dents de la mer 19" en réalité augmentée : encore un petit effort

En passant devant le cinéma Holomax, le jeune McFly se fait une belle frayeur. Pour promouvoir la sortie des Dents de la mer 19, le bâtiment lui projette un requin "holographique" en pleine face. En 2015, visionner un film intégralement composé d'hologrammes reste techniquement hors de portée. Enfin, pour l'instant.

Une nouvelle technologie baptisée "réalité cinématique" excite la Silicon Valley. Google a investi 542 millions de dollars dans la start-up Magic Leap, a rapporté Tech Crunch (en anglais) mardi. L'ambition de la société ? "Gommer les frontières sensitives entre perception du réel et du virtuel pour faciliter les interactions entre les deux univers", explique ZDnet. La technologie qu'elle développe "permet de projeter une sculpture de lumière en 3D sur la rétine de l’utilisateur", poursuit le site, photo à l'appui. Selon le site Re/code (en anglais), le géant californien des puces pour smartphone Qualcomm, mais aussi le studio Legendary Pictures, qui a produit Godzilla, 300 ou encore Pacific Rim, ont aussi choisi de mettre des billes dans le projet.

La firme américaine Magic Leap développe la \"réalité cinématique\". 
La firme américaine Magic Leap développe la "réalité cinématique".  (MAGIC LEAP.COM)
  

En 2013, les laboratoires HP se félicitaient, pour leur part, d'avoir trouvé le moyen de générer des images holographiques sur des écrans LCD modifiés. Détaillée dans cet article de la Technology Review (en anglais) du MIT, cette technologie pourrait également révolutionner la 3D classique, utilisée dans les salles de cinéma.

Le look connecté du jeune Marty de 2015 : on est dans les temps 

Les baskets Nike Mag, capables de se lacer toutes seules, verront le jour en 2015, selon un concepteur de la marque, interrogé en février 2014. Ainsi, pour Sneaker News (en anglais)"inutile de rappeler que les Nike qui se lacent toutes seules seront la principale sortie de l'année." Un ersatz des baskets cultes portées par Marty, soucieux de se faire passer pour un vrai jeune de 2015, était déjà sorti en 2011, mais sans bénéficier de ce gadget technologique particulièrement stylé.

En revanche, impossible de mettre la main sur une veste autoséchante, ni même sur un modèle capable de s'adapter à votre taille.

Le film avait néanmoins raison de mettre à disposition de cette génération des vêtements intelligents. Certes encore peu répandus, les textiles conçus pour s'adapter à la température, changer de couleur en fonction de votre humeur ou capables de donner des informations sur votre santé, se développent depuis la moitié des années 2000, explique arte dans ce dossier consacré aux vêtements intelligents. Enfin, d'un point de vue esthétique, la veste de Marty ne serait pas incongrue sur le dos d'un hipster lambda ou même d'un Kanye West. Quant à la casquette bariolée ou la double cravate : tous les goûts sont dans la nature.