Cinéma : Fabrice Eboué s'attaque à la cohabitation entre religions dans "Coexister"

Ramzy Bedia, Fabrice Eboué, Jonathan Cohen, Audrey Lamy et Guillaume de Tonquédec explorent le vivre ensemble dans une comédie réjouissante.
Ramzy Bedia, Fabrice Eboué, Jonathan Cohen, Audrey Lamy et Guillaume de Tonquédec explorent le vivre ensemble dans une comédie réjouissante. (TOUS DROITS RÉSERVÉS / EUROPACORP)

L'acteur-réalisateur Fabrice Eboué met en scène un imam, un rabbin et un prêtre dans la comédie "Coexister", qui sort mercredi, pour traiter de la question du vivre ensemble et de la cohabitation des religions.

C'est l'histoire d'un prêtre, d'un rabbin et d'un imam... Ce n'est pas une mauvaise blague mais le scénario du dernier film de l'humoriste et réalisateur Fabrice Eboué, qui sort mercredi 11 octobre. Après avoir traité la question de l'esclavage dans Case départ et de la Françafrique dans Le Crocodile du Botswanga, l'acteur a décidé de s'attaquer à la cohabitation entre religions dans Coexister.

Cette comédie raconte l'histoire d'un producteur de musique sous pression, joué par Fabrice Eboué. Sa patronne lui laisse six mois pour renouer avec le succès. Pour y parvenir, il monte un groupe constitué d'un rabbin, d'un imam et d'un curé. Et il ne faut pas chercher un quelconque message sur le vivre ensemble...

Prétexte à allumer tout le monde, ce film est réjouissant d'humour trash ou les religions et leurs codes sont sujets à des situations grotesques ou ridicules. Le film a un peu de mal à démarrer. Il faut être patient mais, quand c'est parti, le scénario devient entraînant.

"Coexister" : une comédie sur le vivre ensemble - Gérard Chevalier
--'--
--'--

Les gags se multiplient et on y retrouve un humour à la Charlie Hebdo ou encore à la Desproges. Un style osé vu le contexte plutôt délicat. Mais Fabrice Eboué trouve le juste équilibre, même si on peut imaginer que cette comédie ne plaira pas à tout le monde.

Ramzy Bedia l'imam, Guillaume de Tonquédec le curé et surtout Jonathan Cohen le rabbin sont épatants. La farce est totale, sans morale, mais sans arrière-pensée ni méchanceté.