Pour Isabelle Adjani, l'Académie des César doit "refléter la France d'aujourd'hui"

L\'actrice Isabelle Adjani le 1er octobre 2019 à Paris
L'actrice Isabelle Adjani le 1er octobre 2019 à Paris (STEPHANE CARDINALE - CORBIS / CORBIS ENTERTAINMENT)

La direction de l'Académie, accusée d'entre-soi et d'opacité dans son fonctionnement et bousculée par la polémique Polanski après les 12 nominations pour son film J'accuse, a démissionné, deux semaines avant sa cérémonie annuelle prévue le 28 février.

L'Académie des César, dont la direction va être totalement renouvelée après la démission collective de ses dirigeants le 13 février, doit "refléter la France d'aujourd'hui", estime Isabelle Adjani, appelant à une plus large présence "des femmes et des personnes issues de la diversité".

Il s'agit d'"injecter plus de transparence et de démocratie pour que les personnes qui la président, la dirigent, soient élues par tous les membres de l'Académie", préconise la star sur le site de Télérama après une démission collective qu'elle qualifie néanmoins de "courageuse".

L'Académie "a vocation de refléter la France d'aujourd'hui, la France telle qu'elle est"

Pour l'actrice, "les membres du bureau exécutif sont des personnes responsables, estimables, et qui ont oeuvré pour le cinéma français quoi que l'on puisse penser de l'un(e) ou de l'autre". "Autant dans sa gouvernance que dans ses choix", l'Académie "a vocation de refléter la France d'aujourd'hui, la France telle qu'elle est. Après, il y a les votes, et on ne peut pas les orienter en fonction de quotas", souligne Isabelle Adjani. "Mais donner aux femmes et aux personnes issues de la diversité la possibilité d'être jugées par leurs pairs, leurs égaux, à égalité de chances, est indispensable", ajoute l'actrice qui a décroché à cinq reprises le César de la meilleure actrice.

Une assemblée générale de l'Académie des César se tiendra après la cérémonie du 28 février. Elle sera l'occasion d'élire une nouvelle direction pour préparer les modifications des statuts fondateurs sous l'égide du Centre national du cinéma.

Vous êtes à nouveau en ligne