Le triomphe de l'"Amour"

(Maxppp)

Le film "Amour" de Michael Haneke a raflé cinq prix lors de la 38e cérémonie des César vendredi soir : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario original, meilleur acteur (Jean-Louis Trintignant) et meilleure actrice (Emmanuelle Riva). "De rouille et d'os" obtient quatre César et "Le prénom" deux. "Camille redouble" de Noémie Lvovsky faisait figure de favori avec treize nominations, mais repart finalement bredouille.

Amour continue son ascension. Après la Palme d'Or en mai, et avant les Oscars dimanche, le film de l'Autrichien Michael Haneke a remporté cinq prix vendredi soir, lors de la 38e cérémonie des Césars au théâtre du Châtelet à Paris. Et pas n'importe lesquels, les plus prestigieux : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario original, meilleur acteur et meilleure actrice.

> Revivez la 38e cérémonie des César

Le film retrace la déchéance d'un couple d'octogénaires, interprétés par Jean-Louis Trintignant, 82 ans, et Emmanuelle Riva, 86 ans, tous les deux récompensés. Ni l'acteur, ni le réalisateur n'étaient présent vendredi soir. Seule sur scène, Emmanuelle Riva a donc confié que cela lui était "difficile d'être toute seule avec cela, c'est tellement précieux ".

"C'est un sujet qui nous concerne tous, d'où je pense le succès du film ", a ajouté l'actrice. Le film a en effet rencontré un bon accueil avec quelque 680.000 spectateurs en France et plus d'1,7 million à l'étranger. Il a déjà remporté une quinzaine de prix internationaux et est nommé cinq fois aux Oscars.

>  Retrouvez la totalité du palmarès des César 2013

De rouille et d'os et Le Prénom 

En nombre de statuettes obtenues vient ensuite De rouille et d'os de Jacques Audiard, avec quatre César : meilleure adaptation, meilleure musique originale, meilleur espoir masculin (Matthias Schoenaerts) et meilleur montage. Puis Le prénom de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière, qui rafle les deux Césars du meilleur second rôle, l'un pour Guillaume de Tonquédec et l'autre pour Valérie Benguigui.

Les adieux à la reine  de Benoît Jacquot, qui faisait aussi figure de favoris, repart avec trois César dans des catégories techniques (décors, costumes, photo). Izia Higelin a quant à elle reçu le César du meilleur espoir féminin pour Mauvaise fille de Patrick Mille.

Les déceptions

La comédie Camille redouble de Noémie Lvovsky, donnée pourtant grande favorite avec treize nominations, n'a obtenu aucun prix, tout comme Holy  Motors de Leos Carax, nommé dans neuf catégories. 

La soirée aura également été marquée par de nombreuses références aux polémiques qui ont agité ces derniers mois le monde du cinéma, autour de Gérard Dépardieu notamment. Environ 250 intermittents du spectacle manifestaient devant le théâtre du Châtelet pendant la cérémonie.

Vous êtes à nouveau en ligne