L'avocat d'Harvey Weinstein dénonce "l'hypocrisie" d'Asia Argento, figure de proue de #MeToo accusée d'agression sexuelle

Harvey Weinstein et son avocat Ben Brafman, à la sortie de la cour d\'assises de Manhattan, le 9 juillet 2018.
Harvey Weinstein et son avocat Ben Brafman, à la sortie de la cour d'assises de Manhattan, le 9 juillet 2018. (TIMOTHY A. CLARY / AFP)

Ces informations "révèlent le niveau frappant d'hypocrisie d'Asia Argento, une des principales voix à avoir tenté de détruire Harvey Weinstein", a estimé Ben Brafman.

Sa réaction n'a pas tardé. L'avocat d'Harvey Weinstein a dénoncé lundi 20 août "l'hypocrisie" d'Asia Argento, une actrice italienne et l'une des principales accusatrices du producteur déchu. En cause : le New York Times a révélé dimanche qu'elle a versé de l'argent à un homme affirmant qu'elle l'a agressé sexuellement. Ces informations "révèlent le niveau frappant d'hypocrisie d'Asia Argento, une des principales voix à avoir tenté de détruire Harvey Weinstein", a estimé Ben Brafman dans un communiqué.

L'avocat a aussi dénoncé la "duplicité de son comportement", soulignant qu'Asia Argento aurait négocié un accord à l'amiable pour mettre fin à une assignation en justice du jeune homme alors même qu'"elle se positionnait en première ligne du combat contre M. Weinstein, bien que sa relation sexuelle avec M. Weinstein eut impliqué deux adultes consentants pendant plus de quatre ans". Pour l'avocat vedette du barreau new-yorkais, qui essaie d'obtenir l'abandon des poursuites contre son client, "cela devrait démontrer à tous que les accusations contre M. Weinstein ont été mal vérifiées".

Pas d'enquête en cours

Figure de proue du mouvement #MeToo, Asia Argento aurait versé 380 000 dollars à Jimmy Bennett, acteur et musicien américain, pour qu'il abandonne son action en justice contre elle, selon le New York Times. Dans la plainte qu'il menaçait de déposer, le jeune homme, aujourd'hui âgé de 22 ans, accusait l'actrice de 20 ans son aînée de l'avoir agressé sexuellement dans un hôtel de Californie en 2013, selon le quotidien, citant des documents envoyés par une source anonyme.

La police de Los Angeles a indiqué lundi ne pas avoir pour l'instant ouvert d'enquête à ce sujet, mais qu'elle chercherait des informations sur l'affaire. Mis en cause par une centaine de femmes pour des abus sexuels, Harvey Weinstein a lui été formellement inculpé de viol, d'acte sexuel forcé et de fellation forcée, sur trois femmes différentes. Il plaide non coupable et assure que toutes ses relations sexuelles ont été consenties.

Vous êtes à nouveau en ligne