Affaire Weinstein : cinq femmes et sept hommes sélectionnés pour composer le jury populaire

Harvey Weinstein à l\'arrivée à l\'audience au tribunal de New York, le 16 janvier 2020.
Harvey Weinstein à l'arrivée à l'audience au tribunal de New York, le 16 janvier 2020. (SCOTT HEINS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Le processus de sélection s'est nettement accéléré, alors que le procès doit entrer dans le vif du sujet mercredi 22 janvier.

La composition du jury qui décidera du sort du producteur déchu Harvey Weinstein, accusé d'agression sexuelle et de viol, a été finalisée vendredi 17 janvier, avec cinq femmes et sept hommes sélectionnés, dans une atmosphère tendue. L'ex-producteur de 67 ans risque la perpétuité en cas de condamnation.

A l'issue de deux semaines d'audience au tribunal de Manhattan, qui auront vu passer près de 700 personnes convoquées, le juge d'Etat James Burke a validé les 12 jurés – secondés par trois suppléants – qui décideront de l'issue de ce procès emblématique du mouvement #MeToo.

Le processus de sélection s'est nettement accéléré après que la défense a épuisé les 20 récusations péremptoires (sans justification obligatoire) qui lui étaient allouées. La procureure Joan Illuzzi-Orbon s'est plainte au juge, à plusieurs reprises, que la défense cherchait à écarter systématiquement les jeunes femmes blanches du jury.

Des jurées contestées

L'un des avocats de l'accusé, Arthur Aidala, a notamment demandé la mise à l'écart d'une jurée potentielle qui, à 26 ans, était selon lui trop jeune pour appréhender le contexte du dossier. "Beaucoup des nuances de cette affaire sont liées à la façon dont le monde tournait dans les années 90", a-t-il expliqué, en référence aux accusations visant Harvey Weinstein qui remontent à cette époque.

Le choix des deux derniers jurés a déclenché une mini-polémique : la défense a accusé une femme d'avoir omis de mentionner qu'elle allait publier, cet été, un roman qui évoque l'histoire de jeunes femmes cibles de prédateurs sexuels. Le juge l'a tout de même retenue parmi les 12 jurés.

Une "décision aberrante", a indiqué après l'audience aux journalistes l'avocate d'Harvey Weinstein, Donna Rotunno. Dans la foulée, la défense a déposé un recours en annulation du procès, mettant en avant les "incohérences et les mensonges" de cette jurée.

Vous êtes à nouveau en ligne