"Le scénario est écrit entièrement, découpé case par case" : retour avec le scénariste sur le dernier opus de "Blake et Mortimer"

Des figurines de \"Blake et Mortimer\" lors d\'une exposition à Paris, en 2013.
Des figurines de "Blake et Mortimer" lors d'une exposition à Paris, en 2013. (JOEL SAGET / AFP)

Yves Sente est le scénariste du 25e album de la saga de bande-dessinée "Blake et Mortimer" qui a été mis en vente vendredi.

La Vallée des Immortels devient le 25e album de la saga Blake et Mortimer, qui est sorti en librairie, vendredi 16 novembre. Pour ce nouvel opus, le tirage est exceptionnel avec 400 000 exemplaires de BD signés Yves Sente, au scénario, et les néerlandais Peter Van Dongen et Teun Berserik, pour les dessins.

C'est une œuvre qui nous ouvre un champ très large et c'est très agréable.Yves Senteà franceinfo

La série a été reprise en 1996, d'abord par Jean Van Hamme et Ted Benoit, mais Yves Sente a, aussi, très vite été choisi. Il fait presque figure, aujourd'hui, de gardien du temple. "C'est mon huitième album, donc petit à petit je me rapproche du nombre de Edgar P. Jacobs", celui qui a créé les personnages des deux enquêteurs en 1946. Il avait "des sujets de prédilection très différents des uns des autres et c'est un avantage pour nous qui reprenons la série, explique Yves Sente, parce que nous pouvons aborder des sujets très variés et toujours faire du 'Blake et Mortimer' si on garde le ton, si on respecte certains codes."

On retrouve dans cet album les ingrédients qui ont fait la renommée de Blake et Mortimer : de l'aventure, de l'exotisme et de la science-fiction. La Vallée des Immortels est le premier volet d'un diptyque qui commence exactement là où Le Secret de l'Espadon s'achevait.

Deux nouveaux dessinateurs

Ce nouvel album est aussi l'occasion de découvrir deux nouveaux dessinateurs néerlandais : Peter Van Dongen et Teun Berserik, totalement inconnus, et dont la ligne claire épouse parfaitement les codes imposés par Edgar PJacobs. "Leur trait se rapproche très fortement de celui de Jacobs, de la période 'Mystère et grandes pyramides', explique Yves Sente. À l'époque, dans le journal Tintin, Hergé voulait que tout le monde fasse de la ligne claire. Mais aujourd'hui, tant en Belgique qu'en France, les jeunes qui pratiquent encore la ligne claire de ce style-là se font de plus en plus rares. Donc, on va les chercher les où ils se trouvent, parce qu'il faut respecter ce code graphique absolument pour dire qu'on fait du 'Blake et Mortimer'".

L'album a donc été réalisé, pour les dessins, à quatre mains. Mais à la lecture impossible de dire qui a fait quoi, reconnait Yves Sente. Lui-même, d'ailleurs, l'ignore. "Il se partagent les pages qu'ils font faire. Teun Berserik, qui est un plus dessinateur industriel dans l'âme, va prendre toutes les pages où il y a des engins, l'aile rouge et les espadons. Peter Van Dongen, lui, va choisir l'architecture, ça lui plaît énormément. Donc, ils se répartissent les planches et au stade de l'encrage, c'est là que le magie se fait. L'encrage uniformise les différences qu'on pouvait encore voir au crayonné", indique le scénariste de l'album.

La Vallée des Immortels est le 25e album de la série Blake et Mortimer. L'ensemble de la saga s'est déjà vendu à plus de 15 millions d'exemplaires dans le monde.

Vous êtes à nouveau en ligne