Jacques Séguéla dans le prochain "Astérix" : "J'adore être le méchant !"

A gauche, Jacques Séguéla à Paris, le 16 novembre 2011. A droite, Bonus Promoplus, le nouveau méchant des aventures d\'Astérix, inspiré du célèbre publicitaire.
A gauche, Jacques Séguéla à Paris, le 16 novembre 2011. A droite, Bonus Promoplus, le nouveau méchant des aventures d'Astérix, inspiré du célèbre publicitaire. (SIPA / EDITIONS ALBERT RENE)

Le publicitaire incarnera un conseiller de Jules César, dans le prochain album, qui doit paraître le 22 octobre. Francetv info l'a contacté pour connaître sa réaction.

Il s'appellera Bonus Promoplus. Jacques Séguéla a inspiré un personnage du prochain album des aventures d'Astérix, à paraître le 22 octobre, révèle le Huffington Post, mardi 8 septembre. Dans Le Papyrus de César (36e tome), le publicitaire, âgé de 81 ans, incarnera un conseiller de Jules César. Le fondateur de l'agence Havas Advertising (ex-Euro RSCG), connu pour ses sorties polémiques, réagit pour francetv info.

Francetv info : Avant vous, Bernard Blier, Lino Ventura, Jacques Chirac, Pierre Tchernia ou encore Sean Connery ont inspiré des personnages dans Astérix. Etes-vous heureux de faire partie de la liste ?

Jacques Séguéla : Je suis très honoré, même si je vais en prendre plein la gueule ! Mais ça me va bien. 

Même si Bonus Promoplus est le méchant de la bande ? 

J'adore être le méchant ! C'est tellement plus facile de faire rire quand on est le méchant.

Trouvez-vous qu'il y a une ressemblance physique ? 

Je ne me suis pas reconnu. Mais on ne se voit jamais tel que l'on est. 

Vous avez réalisé les campagnes électorales de François Mitterrand. Dans l'album, vous conseillez Jules César. Y voyez-vous un lien ? 

Pour moi, c'est surtout une façon de remettre à l'honneur le métier de communicant politique, très décrié en France, mais très estimé en Angleterre et aux Etats-Unis. C'est aussi un regain de "publiphilie", après dix ans de "publiphobie" en France. Moi, je suis un fils de pub jusqu'à la mort !

Le scénariste, Jean-Yves Ferri, et le dessinateur, Didier Conrad, se sont aussi inspirés d'Henri Guaino et de Patrick Buisson, ex-conseillers de Nicolas Sarkozy, pour le personnage. Qu'en pensez-vous ?

Henri Guaino, j'adore, Patrick Buisson, beaucoup moins. Mais on ne peut pas empêcher les auteurs de BD d'avoir des sources d'inspiration. 

Quel est votre personnage préféré dans "Astérix" ?

Obélix, parce qu'il a un côté Bibendum Michelin et poupée russe. C'est la figure emblématique de la série. Un peu comme un objet publicitaire. Mais maintenant, le personnage que je vais préférer, c'est le mien !

Et Astérix ? Comme l'écrit le Huffington Post, il a raté sa vie puisqu'il a 50 ans et toujours pas de Rolex...

Puisque je m'appelle Bonus Promoplus, je suis justement à la recherche de deux Rolex pas chères, en promo. Je vais les offrir aux deux auteurs pour les remercier ! 

Regrettez-vous ce genre de phrases que vous avez pu prononcer ? 

Le mal est fait. Il faut tourner ça en dérision. Mieux vaut en rire qu'en pleurer.

Vous êtes à nouveau en ligne