Et si vous adoptiez une statue ? Le Jardin des plantes, à Paris, lance une souscription

Le Cheval (1994) fait partie des oeuvres qu\'il est possible d\'adopter.
Le Cheval (1994) fait partie des oeuvres qu'il est possible d'adopter. (MNHN / Agnès Latzoura)

Pour restaurer vingt-quatre statues du Jardin des plantes, le Muséum d'Histoire naturelle a décidé de lancer une souscription publique. Objectif : récolter 200.000 euros. Et les plus généreux donateurs peuvent même voir leur nom inscrit sur une plaque au pied de la sculpture.

"À l'entrée, à côté de la galerie de paléontologie, il y a un sculpteur en train de sculpter un ours qui tue un chasseur parce que ce dernier a tué son ourson", l'oeuvre est pour le moins insolite, et elle plaît beaucoup à Marc-Antoine, un habitué du Jardin des plantes à Paris.

Des statues comme cela, il y en a une trentaine au total dans le parc, parfois un peu cachées par les feuilles des arbres. Depuis cette semaine, il est même possible... d'en adopter ! Le muséum d'histoire naturelle a lancé une souscription publique pour en restaurer vingt-quatre. Des travaux estimés à près de 200 000 euros.

Des statues abîmées par le temps

Si Marc-Antoine est un amateur d'art, il n'ira sans doute pas jusqu'à faire un don. Le muséum compte pourtant sur la générosité du public. Les oeuvres datent de la fin du XIXeme siècle et le bronze de cuvier est attaqué par l'oxydation de l'air. Le marbre de l'amour captif de Félix Sanzel commence lui à être recouvert de mousse et de champignons. Pour d'autres statues, il s'agirait d'effacer des graffitis ou de consolider les socles.

Claudine, une touriste, admire la statue du naturaliste Buffon qui a transformé le jardin royal en musée : "On aime le patrimoine, la culture. Je découvre avec bonheur."

Buffon assis dans son fauteuil (1939)
Buffon assis dans son fauteuil (1939) (MNHN / Agnès Latzoura)

Par le passé, le muséum a déjà fait des appels aux dons pour ses bancs ou pour la ménagerie. Atteindre 200 000 euros n'est pas impossible, selon le président du musée d'histoire naturelle Bruno David : "On l'a fait pour la gloriette de Buffon qui est cet édifice au sommet du labyrinthe. C'est le deuxième plus ancien édifice au monde donc c'est vraiment un patrimoine historique très important. On l'a fait aussi pour le petit enclos et la petite cabine qui abrite les derniers chevaux sauvages du monde, les chevaux de Przewalski."

10.000 euros pour son nom sur une plaque

"Ça a bien marché, poursuit le président du musée, donc on le refait pour les statues du Jardin des plantes. Vous pouvez adopter une statue : il y a des lions, des personnages scientifiques célèbres, des statues plus modestes, il y a une statue de Michel-Eugène Chevreul, un chimiste célèbre qui a vécu plus de 100 ans et qui a travaillé au muséum."

Les généreux donateurs se verront offrir des entrées gratuites, et des visites privées. En revanche pour avoir son nom sur une petite plaque au pied de la statue il faudra tout de même débourser 10 000 euros. Pas forcément à la portée de tout le monde.

Le reportage d'Anne-Laure Barral
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne