Salon du Livre : Jacques Weber défend la dictée et une langue française ouverte

(Depuis 6 ans, la dictée pour les nuls attirent plusieurs centaines de participants. © MaxPPP)

A l'occasion de la semaine de la Francophonie, une dictée géante est organisée samedi après-midi au Salon du livre à Paris. Pour l'organisateur Jean-Joseph Julaud et l'acteur Jacques Weber, cet événement est l'occasion de renouer avec l'orthographe et de réfléchir sur l'évolution de la langue française.

Elle effraie les écoliers et fait grimacer les adultes qui s'y frottent. C'est la dictée. Mais au Salon du livre à Paris, la sixième édition de la dictée pour les nuls n'a pas vocation à rabaisser ses participants, bien au contraire. Elle veut leur faire redécouvrir l'orthographe et les charmes et espiègleries de la langue française.

Dédramatiser les fautes

Un objectif qu'a rappelé samedi matin, au micro de France Info, Jean-Joseph Julaud, écrivain et professeur de français et de la dictée de cette année. "On ne vient pas pour se culpabiliser, mais pour s'amuser. Pour se distraire et s'enrichir d'une nouvelle orthographe.  "

Entre 400 et 500 personnes, adultes comme enfants, sont attendus, stylo à la main, samedi après-midi pour affronter les pièges d'accords, de conjugaison et de grammaire. Pour cette sixième édition, la "dictée pour les nuls" sera lue par l'acteur Jacques Weber. Ce dernier avoue, amusé, "préférer la lire que l'écrire" face aux nombres de "pièges et de coquetteries" contenus dans ce texte.

Les SMS, ennemis de l'orthographe?

Mais derrière la décontraction et l'humour des deux protagonistes de cette dictée, se cache aussi l'envie de décomplexer les gens sur l'orthographe et de tordre le cou aux préjugés d'une langue française en pleine déliquescence. "On dit souvent qu'internet et le langage SMS nuisent au français", explique Jean-Joseph Julaud, "Sauf qu'internet est un moyen phénoménal de progresser, plus rapide et réactif qu'un dictionnaire. Quant aux SMS, c'est un autre langage. Une autre langue française. D'ailleurs les gens très bons en SMS, sont très bons en orthographe. Les gens mauvais en orthographe font de toute façon des SMS incompréhensibles."

Pour Jacques Weber, aimer le français, c'est le laisser libre et ne pas l'enfermer dans un classicisme. "Je ne suis pas pour les portes blindées. Il faut admettre qu'une langue accueille d'autres sources, d'autres influences, voire d'autres accents. C'est ce qui la renouvelle, la fait revivre et chanter."

"La meilleure façon de défendre le français, c'est de le laisser grand ouvert." Jacques Weber
--'--
--'--

Se prendre en main

Alors comment renouer avec l'orthographe? Selon Jean-Joseph Julaud, il suffit d'être curieux et méthodique. "On accuse souvent le système scolaire de ne pas appuyer sur l'orthographe, alors que c'est à chacun de se prendre en charge. Il suffit de consacrer cinq minutes par jour pour apprendre une petite règle, vérifier l'écriture d'un mot et on progresse. Ce n'est pas grand-chose cinq minutes par jour." A vos Bescherelle !

"Si on se met à aimer la langue française, on progresse en orthographe" Interview de Jean Joseph Julaud, auteur des livres "Pour les nuls"
--'--
--'--
Vous êtes à nouveau en ligne