Doisneau, Weiss, Cornut, Wolf : à Cergy, le regard des photographes sur les villes

Cortesy Galery 
Cortesy Galery  (Mickael Wolf)

La ville nouvelle de Cergy a 50 ans. La quatrième édition du Festival du Regard propose de découvrir 200 clichés de photographes du monde entier autour du thème de l'habitat jusqu'au 14 juillet.

Le Festival du Regard de Cergy-Pontoise a débuté. Deux cents clichés de photographes du monde entier sont répartis entre plusieurs lieux de cette ville du Val d'Oise sous un thème sobre  : "Habiter"

Sabine Weiss et Robert Doisneau

Les habitats dans tous leurs états, avec une dimension historique, sociologique voire politique c'est ce que propose de découvrir la ville de Cergy-Pontoise à travers les clichés de tous ces photographes. Parmi eux, une grande dame du 8e art, la Suissesse Sabine Weiss, représentante du courant humaniste, montre de nouveaux habitats.

Son mentor, Robert Doisneau, surprend avec un ensemble d'images en couleur méconnues du grand public et quasiment jamais dévoilées. C'est à la demande de l'état que le phtographe, alors âgé de 72 ans, est venu pointer son objectif vers les nouvelles constructions de Cergy. Il pose un regard très critique sur ces banlieues.

Il avait l'impression que les architectes n'avaient pas tellement travaillé au service de la population qui allait y habiter.Francine Deroudille, la fille de Doisneau

Cyrus Cornut

Aux côtés des photos de Doisneau, celles de Cyrus Cornut qui a parcouru la planète. Mais il présente cette fois une trentaine de clichés sur les villes d'Argenteuil, de Créteil et de Villejuif dans une série intitulée "Voyages en périphéries". 

Voyages en périphérie
Voyages en périphérie (CYRUS CORNUT)

Pour agrandir sa thématique, le Festival du Regard a invité d'autres grands noms de la photographie de toutes les nationalités comme Arthur Crestani, Marie-Pierre Dieterlé ou les Allemands Peter Granser et Michaël Wolf (décédé en avril dernier, on verra ses oeuvres et en particulier celle en haut de l'article, NDLR).

Bad city dreams 
Bad city dreams  (ARTHUR CRESTANI)

Tous exposent leur travail en lien avec la ville, les habitations, les architectures ou les lieux de vie. Des clichés pris à l'autre bout de la planète comme ceux de Gidéon Mendel. Le Britannique, très engagé, a réalisé une série de clichés sur des inondations du Nigeria à Haïti en passant par les Etats-Unis et l'Europe avec pour unique objectif : éveiller les consciences aux risques du réchauffement climatique. 

Les inondations 
Les inondations  (Gidéon Mendel)

Et pour prendre encore plus de hauteur, le Festival du Regard met aussi à l'honneur les clichés de Thomas Pesquet, réalisés à 400 km d'altitude pendant six mois à bord de la Station Spatiale Internationale. 

La Tour EDF - Cergy : Mercredi 12h-19h, Jeudi-Vendredi 12h-18h, Samedi 13h-19h et Dimanche 14h-18h

Vous êtes à nouveau en ligne