Une lettre exceptionnelle de Van Gogh écrite avec Gauguin à Arles a été acquise par le musée Van Gogh d'Amsterdam

VAN GOGH Vincent (1853-1890) GAUGUIN Paul (1848-1903). Lettre autographe signée adressée à Émile BERNARD [Arles 1er ou 2 novembre 1888], 4 pages in-8 à l’encre sur papier quadrillé. (Déchirures sans altération de texte).
VAN GOGH Vincent (1853-1890) GAUGUIN Paul (1848-1903). Lettre autographe signée adressée à Émile BERNARD [Arles 1er ou 2 novembre 1888], 4 pages in-8 à l’encre sur papier quadrillé. (Déchirures sans altération de texte). (MAISON D'ENCHERES DROUOT)

Cette lettre écrite par les deux peintres en 1888 à leur ami Emile Bernard parle notamment d'une "renaissance" de l'art et d'"excursions dans les bordels". Elle sera exposée à Amsterdam cet automne. 

Le musée Van Gogh d'Amsterdam a annoncé mercredi 17 juin avoir acquis la veille une lettre exceptionnelle écrite à quatre mains par les peintres et amis Vincent Van Gogh et Paul Gauguin, vendue aux enchères à Drouot (Paris) pour 210.600 euros.

Dans cette lettre longue de plusieurs pages, les deux artistes témoignent de leur admiration mutuelle et d'une même vision du renouveau futur de l'art moderne. "C'est la seule lettre que Van Gogh ait jamais écrite avec un autre artiste", et c'est "le document le plus important" du peintre néerlandais qui était encore aux mains du secteur privé, affirme le musée.

La lettre évoque "une association de peintres"

Autographe à l'encre sur papier quadrillé, cette lettre signée de Van Gogh et Gauguin est adressée à leur ami peintre Emile Bernard depuis Arles, le 1er/2 novembre 1888. Elle évoque des discussions en cours sur une "association de peintres". "Cette association doit ou peut elle avoir oui ou non un caractère commercial", se demande tout haut Vincent Van Gogh. "Nous ne sommes encore arrivé à aucun resultat et n’avons point encore mis le pied sur un continent nouveau."

Et d'exprimer sa conviction que l'art traverse une période charnière vers une "renaissance". "Moi qui ai un pressentiment d’un nouveau monde, qui crois certes à la possibilité d’une immense renaissance de l’art. Qui crois que cet art nouveau aura les tropiques pour patrie. Il me semble que nous mêmes ne servons que d’intermédiaires. Et que ce ne sera qu’une génération suivante qui réussira à vivre en paix."

Van Gogh Vincent (1853-1890) Gauguin Paul (1848-1903) Lettre autographe signée adressée à Émile BERNARD [Arles 1er ou 2 novembre 1888], 4 pages in-8 à l’encre sur papier quadrillé. (Déchirures sans altération de texte).
Van Gogh Vincent (1853-1890) Gauguin Paul (1848-1903) Lettre autographe signée adressée à Émile BERNARD [Arles 1er ou 2 novembre 1888], 4 pages in-8 à l’encre sur papier quadrillé. (Déchirures sans altération de texte). (MAISON DE VENTE DROUOT)

"Quelques excursions dans les bordels"

Dans la lettre, Van Gogh complimente Gauguin, puis confie à Emile Bernard qu'ils se sentent assez complices pour aller ensemble dans certains lieux: "Nous avons fait quelques excursions dans les bordels et il est probable que nous finirons par aller souvent travailler là".

"Gauguin a dans ce moment en train une toile du même café de nuit que j’ai peint aussi mais avec des figures vues dans les bordels", écrit Van Gogh. "Cela promet de devenir une belle chôse. Moi j’ai fait deux études d’une chûte des feuilles dans une allée de peupliers et une troisieme étude de l’ensemble de cette allee, entièrement jaune. (...) Enfin peut etre je vais sous peu me mettre à faire les bordels."

Van Gogh (1853-1890) cède la plume sur la dernière page à Gauguin (1848-1903) qui repousse avec fausse modestie les compliments de son ami: "N'écoutez pas Vincent, il a comme vous savez l'admiration facile et l'indulgence dito". Il ajoute : "Son idée sur l’avenir d’une génération nouvelle aux tropiques comme peintre me paraît absolument juste et je continue à avoir l’intention d’y retourner quand je trouverai les moyens. Qui sait, un peu de chance ?"

La lettre sera exposée pour la première fois à l'automne lors d'une exposition consacrée aux correspondances de Van Gogh, a indiqué le musée, qui détient plus de 875 lettres de l'artiste.

Vous êtes à nouveau en ligne